NOUVELLES

Hydro-Québec présente la plus importante soumission de son histoire

Des centaines de millions de dollars en revenus sont en jeu.

28/07/2017 06:55 EDT | Actualisé 28/07/2017 06:57 EDT
Bloomberg via Getty Images

Dans l'espoir de décrocher un contrat d'approvisionnement énergétique d'une durée de 20 ans au Massachusetts, Hydro-Québec a déposé jeudi une proposition qui, si elle est acceptée, pourrait générer des centaines de millions de dollars en revenus.

Un texte d'Anne Marie Lecomte

« C'est certainement la plus grande soumission de l'histoire d'Hydro-Québec », a déclaré Lynn St-Laurent, conseillère aux Affaires publiques de la société d'État en entrevue téléphonique.

Hydro-Québec n'est pas seule dans la course : depuis que le Massachusetts a publié son appel d'offres, le 31 mars dernier, pas moins de 18 joueurs ont signifié leur intention de déposer une offre.

Hydro-Québec s'engage à offrir au moins 8,3 des 9,45 térawattheures d'électricité que souhaitent acheter annuellement les entreprises de distribution d'électricité du Massachusetts. Cet État de la Nouvelle-Angleterre consomme chaque année environ 60 térawattheures d'électricité.

Pour donner un ordre de grandeur, Lynn St-Laurent explique qu'au Massachusetts, « une ligne de 1000 mégawatts peut alimenter plus d'un million de foyers ».

Dans le contexte de cet appel d'offres, Hydro-Québec a présenté trois différents scénarios d'approvisionnement. Chaque scénario correspond à une ligne de transport d'électricité qu'elle devra instaurer si elle obtient le contrat.

Ces trois projets de transport « qui n'existent pas encore », a dit Mme St-Laurent, sont les suivants :

  • Northern Pass Transmission
  • New England Clean Power Link
  • New England Clean Energy Connect

À chaque projet se rattachent des lignes d'interconnexion différentes impliquant soit le Vermont, le Maine ou encore le New Hampshire.

L'eau et le vent, un mariage prometteur


Chacun des trois projets de ligne de transport comporte deux variantes pour l'approvisionnement en énergie : 100 % hydroélectrique ou une combinaison d'hydroélectricité et d'énergie éolienne. Ce qui fait dire à Hydro-Québec qu'elle offre au Massachusetts six options pour lui procurer « un approvisionnement fiable et continu ».

Lynn St-Laurent affirme qu'Hydro a compris, « de par la nature de l'appel de propositions », que le Massachusetts a un intérêt marqué pour l'hydroélectricité et l'énergie éolienne. En 2016, cet État a adopté une loi sur la diversité des sources d'énergie, ce qui explique l'appel d'offres lancé en mars.

Ce n'est pas la première fois que la société d'État québécoise propose de fournir tant de l'hydroélectricité que de l'énergie éolienne. En 2016, répondant à un appel d'offres lancé conjointement par le Rhode Island, le Massachusetts et le Connecticut, Hydro-Québec avait soumis le projet « Vermont Green Line », qui devait comporter un éventuel partenariat avec un fournisseur américain d'énergie éolienne. Ce contrat avait échappé à la société d'État du Québec.

Dans le cas du présent appel d'offres, Hydro-Québec a conçu sa proposition « hydro-vent » en partenariat avec Gaz Métro et Boralex, une société présente au Canada, aux États-Unis et en France. Gaz Métro et Boralex disposent d'un parc éolien voué à l'exportation et l'entente conclue avec Hydro-Québec en est une « d'équilibrage », a expliqué Lynn St-Laurent.

L'éolien c'est intermittent, a expliqué la porte-parole d'Hydro-Québec. Nous ce qu'on dit c'est : "Chaque heure, pendant 20 ans, on va vous livrer l'énergie." Notre vaste réseau nous permet de garantir cela.Lynn St-Laurent, conseillère aux Affaires publiques, Hydro-Québec

Le directeur du développement chez Boralex, Rafael Bourrelis, va dans le même sens : « Notre pari, c'est que le produit éolien que l'on offre est exactement ce qui est recherché au Massachusetts. L'hydroélectricité permet de stabiliser la production et l'éolien apporte une valeur environnementale supplémentaire. »

L'appétit du Massachusetts pour un approvisionnement énergétique provenant de l'extérieur s'explique aussi par le fait que des centrales nucléaires ou au diesel cesseront d'être utilisées dans les années à venir. Le Massachusetts entend aussi réduire ses émissions de gaz à effet de serre.

Des projets à différents stades de développement


Les trois projets de transport d'énergie électrique ne sont pas tous au même stade de développement. Dans les cas des projets New England Clean Power Link et New England Clean Energy Connect, « on est plus au début du processus », a dit Lynn St-Laurent.

Dans ces deux cas, des études préliminaires d'impact sur le réseau sont en cours. Hydro-Québec doit encore identifier « des corridors d'étude ».

« C'est comme ça qu'on procède habituellement, a expliqué Mme St-Laurent. On dit "il faudrait que ça passe à peu près ici" et on fait des tracés potentiels ». Viennent ensuite les consultations publiques. « Là, on écoute les histoires et les préoccupations des gens et à partir de ces témoignages-là, on établit un tracé », a-t-elle dit.

Autrement plus avancé, le projet Northern Pass à destination de la Nouvelle-Angleterre doit être approuvé par le gouvernement du Québec. Hydro-Québec a rejeté la proposition qui lui avait été faite d'enfouir la ligne sous les chemins forestiers. En février dernier, le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) avait invité Hydro-Québec à bonifier son projet pour en limiter les impacts environnementaux.

En 2016, près des trois quarts de l'électricité exportée par Hydro-Québec étaient destinés au marché américain. En 2016 toujours, les exportations ont représenté 803 millions de dollars du bénéfice net de 2,86 milliards généré par la société d'État.

La Nouvelle-Angleterre représente la moitié du marché d'exportation d'Hydro-Québec, contre 25 % pour l'État de New York.

Les revenus annuels de la société d'État se chiffrent actuellement à 13,3 milliards de dollars. L'obtention du contrat au Massachusetts permettrait à Hydro-Québec de se « rapprocher substantiellement de son objectif de croissance pour 2030 », a affirmé Lynn St-Laurent.

Voir aussi: