DIVERTISSEMENT

«La vierge Annie» à Zoofest : la «vraie» Annie Brocoli se raconte

En détruisant quelques mythes au passage...

26/07/2017 10:45 EDT | Actualisé 26/07/2017 10:45 EDT
Zoofest

Le spectacle s'intitulait La vierge Annie et Annie Brocoli devait y casser le vernis de son image de parfaite chanteuse pour enfants, aussi sage et douce qu'asexuée. C'était l'un des gros morceaux de la programmation de Zoofest 2017, et ça se passait mardi, au Monument-National, un soir seulement.

Finalement, la «vraie» Annie Brocoli, sans costumes ni personnages, y a raconté son parcours d'icône des tout-petits à partir de son tout début, mais a surtout expliqué comment elle a vécu la montée fulgurante de sa popularité, au tournant des années 2000, et est revenue sur quelques moments marquants de sa carrière.

Elle a détruit quelques mythes – oui, les artistes favoris des bambins font l'amour et boivent de la bière, et non, elle n'est pas la vedette préférée des papas – et réservait quelques surprises au public (dont la présence de Mado Lamotte!). Ce n'était pas très trash ni corrosif – elle a tout au plus prononcé le mot «noune» -, mais le récit était très intéressant, et souvent cocasse, sans être hilarant. Malgré son apparente nervosité, Annie Brocoli s'est bien débrouillée, ce bilan tout en humour avait tout à fait sa raison d'être et Zoofest était le cadre idéal pour la réalisation de pareil fantasme.

D'entrée de jeu, elle a averti ceux et celles qui, dans la salle, avaient jadis été des «petits brocolis». «Ferme tes oreilles, parce que ça se peut qu'elles saignent un peu...», a-t-elle lancé.

Clamant qu'elle est «redevenue vierge en 2000», celle dont le vrai nom est Annie Grenier a commencé par relater ses débuts sur les chapeaux de roues. Pour arriver à présenter un premier spectacle devant 200 enfants à Saint-Hyacinthe, en 1999, elle a dû poser des affiches elle-même, distribuer des dépliants à la sortie du Centre Bell et se négocier de toute urgence une voiture coccinelle chez un concessionnaire automobile. Il n'aura ensuite fallu que six mois à sa popularité pour littéralement exploser et, le 23 novembre de la même année paraissait son premier album.

Dans la première demi-heure de sa présentation, Annie Brocoli manquait visiblement d'assurance, et on s'est dit qu'il aurait été préférable pour elle d'avoir bénéficié de quelques représentations de rodage avant le jour J, mais son trac a paru s'estomper par la suite. Il faut dire que l'assistance a été très généreuse avec elle.

LIRE AUSSI:
» «La vierge Annie»: découvrez la face cachée d'Annie Brocoli (ENTREVUE)


Maman imparfaite

Une fois célèbre, «redevenue vierge», dit-elle, dans son beau costume blanc agrémenté de marguerites, elle était consciente qu'on n'imagine pas qu'une chanteuse pour enfants «puisse avoir une vie et encore moins une sexualité». Ceci dit, elle a insisté plusieurs fois : non, les papas ne l'attendaient pas en troupeau pour avoir son autographe.

«Quand je dis que c'est pas vrai qu'il y a plein de papas dans mes salles, on m'obstine. Mais je vous le dis, j'étais là, tout le temps!», a-t-elle ironisé.

«Il n'y a pas plus de papas à mes shows que de papa dans ma vie, d'ailleurs. Je ne me suis jamais fait aussi peu cruiser de ma vie. Ma vie amoureuse était aussi trépidante qu'un épisode de La semaine verte...»

Un spectacle à Saint-Jean-sur-Richelieu devant 35 000 personnes, des photos avec des poupons dans des foires alimentaires de centres commerciaux, un appel de Céline Dion qui l'invitait à chanter pour ses jumeaux, des regards accusateurs lorsqu'elle attendait pour s'acheter une bière, une rencontre déchirante avec un enfant malade : on n'imagine pas quels sommets peut atteindre la gloire d'une personnalité publique pour les jeunes. Tant et si bien qu'Annie Brocoli a fini par adopter le tempérament de son personnage dans sa vie de tous les jours. Même lorsqu'elle grondait ses enfants, elle le faisait dans la joie et la bonne humeur.

D'ailleurs, mardi, en fin de prestation, elle a offert un instant très touchant en confessant qu'elle a un jour été forcée d'envoyer ses enfants vivre chez leur père, lorsqu'ils étaient adolescents, leur «montée d'hormones» ayant été trop puissante. Toutefois, en la forçant à sortir de ses gonds et en lui enseignant que la vie n'est pas toujours un champ de marguerites comme celui dans lequel évolue Annie Brocoli, Antoine et Marie-Jeanne ont donné une formidable leçon de vie à leur maman. Ce qu'elle a reconnu, les larmes aux yeux et des trémolos dans la voix.

Elle a été comique en se remémorant comment elle-même avait permis à son fils Antoine de fraterniser avec son idole de jeunesse, le chanteur de Yelo Molo, et expliqué qu'elle avait alors compris comment les parents se sentaient en sa propre présence.

Autre choc pour Annie : lorsqu'elle a découvert que des drag queens s'inspiraient de son univers pour façonner leurs tours de chants, attriquées comme elle. Ce fut là le prétexte de l'apparition de Mado Lamotte et d'une autre drag queen sur la scène du Monument-National, une Germaine la grenouille végétarienne complètement survoltée.

«Aujourd'hui, ça me fait pisser de rire. Mais en 2002, j'étais terrorisée. J'avais peur que ma carrière parte sur une dérape... », a admis Annie Brocoli, qui a plusieurs fois martelé être littéralement paranoïaque devant tout ce qui pourrait entacher son image d'amie des petits.

Drôles de caméos

Outre Mado Lamotte, d'autres artistes sont passés pour appuyer Annie Brocoli dans son délire d'un soir à Zoofest.

Roman Frayssinet s'est amené, costumé en fraise, pour jouer le rôle de Fraisinettte et ainsi satisfaire les rêves de petite fille de Marie-Jeanne, la fille d'Annie aujourd'hui âgée de 20 ans. C'était très drôle.

«Qu'est-ce que je fais là? Je ne sais pas quel est ta relation avec mon gérant, mais c'était pas mon rêve, à moi, me retrouver sur scène déguisé en immense testicule!», a vociféré Frayssinet, pas très content de son mandat.

Marie-Jeanne est ensuite venue faire le point sur les hauts et les bas de la vie de la progéniture d'Annie Brocoli. «Être la fille d'Annie Brocoli, c'est se faire appeler «chou-fleur» tout le long de son enfance...»

Enfin, Anick Lemay (dans un costume de salade), Geneviève Brouillette (dans un costume de poubelle de compost), Marie-Chantal Perron (dans un costume d'arachide) et Maxime Landry (dans un costume de Père Noël), ont aussi fait trempette quelques minutes, pour scander «non aux costumes» et exprimer les «misères» de côtoyer Annie Brocoli au quotidien. C'était très mignon.

Zoofest 2017 se poursuit jusqu'à dimanche.

Voir aussi: