BIEN-ÊTRE

Des Écrans Verts au Festival Juste pour Rire

Une très belle initiative d'une compagnie d'ici !

20/07/2017 09:33 EDT | Actualisé 20/07/2017 09:33 EDT
Courtoisie

Vous serez de passage sur le site du Festival Juste pour Rire au cours des prochains jours? Ouvrez l'oeil, car les œuvres luxuriantes des Écrans Verts ont pris le parti d'enjoliver cette partie de la Métropole.

Tout juste devant la salle Wilfrid-Pelletier, une immense structure végétale de 20 pieds de hauteur a été mise sur pied par Francis Allard et Olivier Payette, les fondateurs de la compagnie Les Écrans Verts. Si l'on ajoute à cette merveille en constante évolution les clôtures verdoyantes supplémentaires qui se retrouvent un peu partout sur le site du festival, on comprend pourquoi le duo a récemment fait fureur avec son projet environnemental à l'émission Dans l'oeil du dragon.

Originalité et souci de l'environnement

Francis Allard n'aurait pas cru, il y a à peine une dizaine d'années, qu'une de ses œuvres végétales géantes allait se retrouver sur le site du prestigieux Festival Juste pour Rire. En fait, pour celui dont le père était maraîcher (comme son grand-père et son arrière-grand-père avant lui), l'appel de la vie sur la ferme familiale de Saint-Roch-de-l'Achigan n'était pas ce qui guidait ses pas.

«Je trouvais dommage de laisser aller le patrimoine familial, affirme-t-il. Par contre, de mon côté, j'étais plus attiré par l'aspect environnemental et les projets écologiques. En 2005-2006, en pleine crise forestière, j'ai eu l'idée de transformer la ferme en pépinière pour implanter des saules dans le but de produire de l'énergie renouvelable.Car le saule est une plante qui pousse extrêmement rapidement dans notre climat et qui est dotée de cette fascinante propriété de se régénérer chaque fois qu'on la coupe. Après la récolte, le saule qui repousse naturellement sans avoir à être replanté se transforme en ressource inépuisable.»

Courtoisie

La crise financière en 2008 faisant chuter drastiquement le prix du pétrole, les projets de l'entrepreneur sont mis sur la glace. Il se rend alors en Europe voir ce qui se fait avec le bois de l'autre côté de l'Atlantique. Outre la biomasse, ce sont les écrans antibruit et les clôtures de saules de l'entreprise danoise Pilebyg qui retiennent son attention.

«Nous avons trouvé cela ingénieux, se souvient-il. Alors nous avons décidé d'entreprendre un partenariat avec eux afin d'importer cette technologie en Amérique du Nord. En 2010, Olivier Payette et moi avons fondé Les Écrans Verts. C'est ce filon qui a pris de l'envergure et de l'ampleur au cours des sept dernières années.»

Le Festival Juste pour Rire et les autres projets

En 2011, le duo rafle le Grand Prix Défi de l'entrepreneuriat jeunesse auquel avaient pris part 1 000 entreprises à travers le Québec. En mai dernier, ils participent à la populaire émission Dans l'oeil du dragon et réussissent à convaincre Serge Beauchemin d'investir et de prendre part à l'aventure des Écrans Verts. C'est aussi là qu'ils rencontrent un autre dragon: Gilbert Rozon qui exprime le souhait de collaborer avec eux pendant le Festival Juste pour Rire.

«Son équipe nous a contactés afin de créer quelque chose sans précédent au Québec: une immense structure végétale design - de 20 pieds de hauteur et toute en verdure – qui serait présentée au Festival Juste pour Rire, juste devant la salle Wilfrid-Pelletier. Une structure qui prend de l'ampleur chaque jour et qui, à la fin de festival, sera pleine de feuilles et aura une allure incroyable. Comme il y a des milliers de personnes qui passeront par là, cela nous donne un beau rayonnement. Et puis ça fait du bien d'amener un peu de verdure dans cet amas de gros béton. Cela donne un cachet un peu plus verdoyant au festival et un aspect impressionnant lorsque tu passes en dessous.»

Comme le Festival Juste pour Rire ne dure qu'un temps...

Les Écrans Verts sont heureux de pouvoir annoncer que leur structure principale aura une deuxième vie en étant implantée dans un autre endroit public très en vogue de la ville (le lieu exact reste un secret pour le moment).

«Nous sommes en pleine croissance en ce moment, affirme Francis Allard avec entrain. Nous avons installé plusieurs projets de murs antibruit un peu partout au Québec. Nous avons développé de nouveaux produits. Nous sommes capables d'entrer en compétition avec n'importe quel autre produit de mur antibruit, tant au niveau du prix que de l'esthétisme et de la durabilité. Nos produits se démarquent beaucoup pour leur aspect naturel. Nous voulons aller à l'extérieur du Québec; en Ontario, aux États-Unis...»

Les murs antibruit des Écran Verts sont composés de saules entrelacés entre des tiges de métal. De la laine acoustique est placée entre les rangées de saules de manière à absorber et à bloquer le bruit. Un peu d'acier pour tenir les tiges et du mélèze ou du robinier sont aussi utilisés comme matériaux. Les Écrans Verts prennent bien soin de n'utiliser que des essences naturellement conçues pour résister à la pourriture et durer longtemps, «de façon à être le plus responsable possible au niveau de l'environnement.»

Leur plus grande réalisation en termes de mur antibruit vient d'être complétée; elle se trouve sur l'autoroute 15 près du boulevard l'Acadie à Montréal et mesure 20 pieds de hauteur par 350 mètres.

«Notre produit est dans l'air du temps, ajoute Francis Allard. Je voulais que nos produits fassent une différence, qu'ils puissent remplacer d'autres produits qui sont moins bons pour l'environnement. Nous essayons constamment de nous améliorer et de développer les produits les plus en harmonie avec la nature possible. Nos produits sont aussi très beaux. Nos clôtures n'ont pas l'air d'être des clôtures; elles se fondent dans la nature, chose que ne peuvent certainement pas faire les murs de béton.»

Pour en savoir plus sur Les Écrans Verts

Les Écrants Verts