BIEN-ÊTRE

Suppléments à l'entrainement: en avez-vous vraiment besoin?

Mais aide-t-il vraiment à la performance?

18/07/2017 09:24 EDT | Actualisé 19/07/2017 09:40 EDT
Ozimician via Getty Images

On les voit partout et sous plusieurs formes. En poudre, en jus, en barres ou en comprimés, les suppléments à l'entrainement ont conquis les sportifs du dimanche. Mais aide-t-il vraiment à la performance?

Vendus principalement pour accélérer la prise de masse musculaire et la perte de gras, ils ne sont vraiment pas difficiles à trouver. Ils trônent dans les boutiques spécialisées, les centres sportifs, les pharmacies, les magasins d'alimentation naturelle et surtout en ligne.

Mais selon la kinésiologue Laurence Bonneau-Charland, «le fameux "shake'' est souvent beaucoup trop protéiné pour nos besoins». En fait, les Canadiens consommeraient déjà suffisament de protéines dans leur alimentation quotidienne, même pour suffire à une prise de masse après l'activité physique.

Un adulte normal devrait consommer 0,8 g de protéines par kilogramme de poids corporel par jour, indique la spécialiste de l'entrainement. Un individu s'entraînant dans le but de gagner de la masse musculaire pourrait toutefois aller jusqu'à 1,8 - 2,0 g toujours par kilogramme de poids corporel par jour.

À titre indicatif, Laurence Bonneau-Charland a énuméré la portion de protéine dans une cuillère de produits connus :

  • Une cuillère de 44g de Whey Nitro-Tech = 30g de protéines
  • Une cuillère de 30g de Whey Gold Standard = 24g de protéines
  • Une cuillère de 30g de Vega protéines et légumes verts = 20g de protéines

Un seul breuvage protéiné peut alors facilement représenter près de la moitié de l'apport en protéine nécessaire pour une journée.

«Un excès de protéines, soit plus de 35% de l'apport énergétique quotidien (exemple 840 calories pour un régime de 2400 calories), pourrait avoir des effets néfastes, menant même à la mort», alerte la kinésiologue.

Facilement remplacés par des collations

Pour prendre du muscle, les protéines dites naturelles dans la nourriture conviennent amplement. Un lait au chocolat, un yogourt grec ou un mélange de fruits séchés et de noix constituent de parfaites collations post-entrainement, favorisant la réparation des tissus musculaires.

Les protéines étant déjà présentes en quantité suffisante dans notre alimentation, Laurence Bonneau-Charland encourage les sportifs à se concentrer sur le moment auquel ils mangent et la qualité des aliments dans leur assiette «plutôt qu'à se tourner vers les poudres protéinées coûteuses et trop riches en calories».

VOIR AUSSI :