NOUVELLES

Les fouilles des vestiges du premier parlement canadien commencent

Le musée Pointe-à-Callière commence les premières fouilles du site, situé dans le Vieux-Montréal.

18/07/2017 10:44 EDT | Actualisé 18/07/2017 12:47 EDT
AOL

Les restes du tout premier parlement du Canada-Uni seront méthodiquement fouillés et analysés au cours des prochains mois. Le musée Pointe-à-Callière commence aujourd'hui les premières fouilles du site, situé dans le Vieux-Montréal.

Montréal était la capitale du Canada-Uni entre 1844 et 1849. Le parlement a toutefois été détruit lors d'un incendie en 1849.

« En 1849, des Tories anglophones radicaux s'opposent à l'indemnisation des victimes des rébellions de 1837-1838. C'étaient des gens dont on avait brûlé les maisons, mais qui n'avaient jamais été accusés », raconte Francine Lelièvre, directrice du musée Pointe-à-Callière.

Ironiquement, un des leaders de l'émeute est le chef des pompiers, Alfred Perry, qui incite la foule à quitter le Champ-de-Mars pour se rendre au parlement.

Le parlement a ensuite alterné entre Québec et Toronto jusqu'à ce qu'il s'installe définitivement à Ottawa en 1857. Le site montréalais a été remblayé deux ans après l'incendie.

Selon Louise Pothier, conservatrice et archéologue en chef du musée, cela représente une chance inouïe pour un archéologue.

« C'est comme si tout était figé dans le temps, raconte-t-elle. Tous les débris sont restés sur place, on peut dire exactement ce qui s'est passé le 25 avril 1849. C'est comme notre Pompéi à nous. »

Les fouilles entamées aujourd'hui sont possibles grâce à une subvention de 6 M$. Environ la moitié du site, qui s'étire de la rue Saint-Pierre à la rue McGill, sera exposé au bénéfice de tous.

Les premiers objets ont été déterrés et exposés dès aujourd'hui et les fouilles se poursuivront jusqu'à la fin du mois d'octobre avant de reprendre l'an prochain. Le site est ouvert au public et des visites guidées des fouilles sont offertes du mercredi au dimanche, de 12 h 30 à 16 h 30.

Un site « monumental »

Selon Louise Pothier, conservatrice et archéologue en chef du musée, le site revêt une importance monumentale pour Montréal. Non seulement c'était le plus gros édifice de la Ville — il s'étire sur plus de 100 mètres le long de la place d'Youville —, c'était aussi la source d'un important boom économique pour Montréal, dont la population s'accroît de 10 % en quelques années.

C'est dans cette enceinte que Louis-Hippolyte La Fontaine et Robert Baldwin ont entamé la série de réformes qui ont mené à l'établissement du gouvernement responsable en 1848. Sous ces deux réformateurs, le français devient une langue officielle pour la première fois et plusieurs ministères importants sont créés (notamment les Postes et les Travaux publics).

Selon Mme Pothier, le musée souhaite mettre en valeur le site après la fin des fouilles, sur un horizon de quelques années.

« C'est sûr qu'on veut faire quelque chose, ça ne peut pas redevenir une aire banale », affirme-t-elle, sans toutefois offrir de détails.