DIVERTISSEMENT

«L'ADN de l'humour: Juste personnages»: un gala sympathique, sans plus

Une soirée divertissante, mais qui n'entrera pas dans les annales du Festival.

17/07/2017 11:58 EDT | Actualisé 17/07/2017 12:01 EDT
Facebook

L'idée de départ était intéressante : présenter un gala Juste pour Rire ayant pour thème les personnages. Après tout, c'est bien grâce à ceux-ci que bon nombre d'humoristes sont connus et reconnus aujourd'hui. À l'instar des deux animateurs de la soirée, Rachid Badouri et Éric Antoine, le gala «L'ADN de l'humour: Juste personnages» présenté dimanche soir à la Place des Arts s'est fait sympathique, mais sans plus. Une soirée divertissante, certes, mais qui n'entrera certainement pas dans les annales du Festival.

Rachid et Éric

Il n'y a pas eu, à proprement parler, de grands moments d'humour pendant ce gala d'un peu plus d'une heure trente, présenté sans entracte. Aucun fou rire incontrôlable dans la salle, aucune larme coulant sur les joues malgré nous, aucun mal de ventre d'avoir trop ri. Par contre, il y a eu plusieurs petits sourires en coin, quelques rires plus sincères et de nombreux hochements de têtes significatifs tout au long de cette soirée somme toute... sympathique.

Sympathique comme le duo d'animateurs formé par Rachid Badouri et le magicien-humoriste Éric Antoine qui, sans être hilarant, avait visiblement assez de plaisir sur scène pour charmer les festivaliers, qui ne semblaient pas trop capricieux. Sympathique aussi comme ce prologue où deux adolescents personnifiant les jeunes Rachid Badouri et Éric Antoine ont donné le ton «mignon et jamais bien méchant» de la soirée.

Étrange tout de même de ne pas avoir vu autant de personnages que de numéros pendant cette soirée personnages. Car certains invités ont plutôt choisi de parler des personnages plutôt que d'en personnifier sur scène. Ce fut le cas de Sylvain Larocque, qui s'est gentiment moqué des humoristes à personnages en spécifiant que lui «préférait l'humour». Ou du très drôle Alexandre Douville, qui a expliqué que sa «face de gars qui prend des notes en regardant Prison Break» se veut un personnage en soi.

Merci au duo des Denis Drolet qui, égal à lui-même, a livré le plus comique - et absurde - numéro de la soirée en criant à la foule «Nous ne sommes pas des personnages!» Ou à Patrick Groulx et son disjoncté curé Poirier, qui lui a permis de faire rire, lâcher son fou, dire à peu près n'importe quoi, avoir un amusant trou de mémoire et décrocher de son personnage à force de rire de lui-même en un seul et même numéro.

En frais de «véritables» personnages, il faut noter la maman africaine imaginée par l'humoriste français Issa Doumbia. Une professeure de conduite bien spéciale qui n'a pas hésité à rire, menacer de gifler au visage, chanter et faire quelques attouchements à un spectateur monté sur scène pour rafraîchir ses notions de conduite. Et quel beau moment que celui où l'humoriste a tenu à lancer, les larmes aux yeux : «Jouer à Montréal - là où Robert Gravel a fondé la LNI - était un rêve. Merci!»

Si Anthony Kavanagh a fait sourire avec son personnage d'avocat haïtien représentant son fils de 7 ans qui poursuit son papa en justice, il a été légèrement moins convaincant lors du numéro final; un numéro pas très drôle de superhéros en collants en compagnie des deux animateurs et de quelques super minions...

Pendant son numéro, Rachid Badouri a repris ses blagues qui fonctionnent si bien sur les Arabes et sa famille, avant de revenir sur ses premiers personnages : dont son père «le salopard» et sa femme. Il a aussi parlé de sa petite fille avec émotion, finement imité la gardienne haïtienne de celle-ci et mentionné la force des femmes en reprenant son célèbre personnage vietnamien.

De son côté, Éric Antoine a livré un numéro de magicien qui a fait sourire, sans plus. C'est plutôt le fascinant magicien Vincent C. qui s'est chargé de confondre les sceptiques, cette fois à l'aide d'une poupée vaudou, d'une spectatrice et d'étranges «manipulations psychologiques».

Le gala Vidéotron Juste pour Rire «L'ADN de l'humour, Juste Personnages» est présenté à nouveau lundi soir (17 juillet) à 18h30 et 21h30 à la Place des Arts.

LIRE AUSSI :
» «The Ethnic Show», se moquer des autres pour mieux rire de soi-même
» Gardy Fury présente une comédie musicale à lui seul
» Le Festival d'Humour de l'Abitibi-Témiscamingue fête ses 20 ans

À voir également :