DIVERTISSEMENT

L’Afrique d’Amadou et Mariam, à Montréal

Le duo sera la tête d'affiche du concert d'ouverture du Festival international Nuits d’Afrique.

10/07/2017 15:22 EDT | Actualisé 10/07/2017 15:29 EDT
Jason Sperry

Le couple iconique malien Amadou et Mariam sera la tête d'affiche du concert d'ouverture officiel du Festival international Nuits d'Afrique de Montréal, le 13 juillet, au Métropolis. Entrevue téléphonique avec la part masculine du célèbre duo de musiciens-chanteurs.

Depuis les années 80, le couple d'aveugles propose des musiques attendues qui sont comme des sceaux sur les produits culturels en provenance de l'Afrique de l'Ouest. Il faut dire que sa collaboration avec le phénomène européen Manu Chao a dopé encore plus sa notoriété à partir de la fin du second millénaire. Au Québec, on a eu l'occasion de les entendre sur scène à plusieurs reprises.

Bofou Safou

En 2012, Amadou et Mariam ont sorti l'album Folila. Plus récemment, une de leur chanson, Dyana, s'est retrouvée sur un album d'un peu plus d'une heure intitulée The Bafou Safou Mixtape. Le tout a été chapeauté par James Stewart, un DJ spécialisé en musiques africaines. Cet assemblage de compositions diverses (dont celles d'Oumou Sangaré, William Onyeabor, Francis Bebey et Mory Kanté et Livy Ekemezie) retrace l'histoire de l'afrodisco sur une période d'environ 30 ans.

Or, il ne faut pas mélanger la mixtape au titre afrodisco Bofou Safou, qu'Amadou et Mariam ont publié il y a quelques mois. Bofou Safou, pièce dansante assez funky, a aussi été utilisée pour différents remix (notamment par Fatima Yamaha) et pour un EP proposé par le duo, en avril. Elle se retrouvera aussi sur le prochain album de 13 morceaux intitulé La Confusion, qui paraîtra en septembre. Franchement, c'était difficile de faire rayonner davantage cette chanson!

«Notre inspiration pour ce morceau provient de la vie quotidienne du Mali, raconte Amadou. [...] En bambara, langue dominante du Mali, Bofou Safou signifie une personne qui n'a pas le courage de s'affirmer. C'est une personne qui reste dans l'anonymat. Plus précisément, c'est quelqu'un qui ne veut pas faire d'effort. Cette pièce vise à leur donner du courage sur une note positive.»

Sur une musique métissée de percussions et d'apports électroniques, on entend Mariam chanter quelques lignes en français : «Il faut pas croiser les bras dans la vie / Il faut travailler dans la vie / Il faut te rendre utile dans la vie».

Depuis quelque temps, Amadou et Mariam offrent cet efficace morceau sur les planches, tout comme quelques autres chansons qui sont sur La Confusion. Reconnus pour leur «conscience sociale», ils y traitent, entre autres, de la corruption et de la désorganisation en Afrique. Bien entendu, les deux vedettes de Bamako (qui ont une résidence à Paris) y offrent de nouveau leur blues rock à saveur africaine, que l'on qualifie souvent de musique du monde.

«La Confusion, c'est l'état dans lequel est notre monde, lance Amadou avec sa voix trainante. On parle de la division des peuples, des incompréhensions entre les groupes, de la mauvaise information, des conflits, des changements dans les traditions. Il y a aussi une pièce qui traite du travail des femmes et une autre qui parle des gens qui ne tiennent pas leurs promesses, surtout au plan sentimental. Plusieurs pièces sont inspirées de l'Afrique.»

Puisqu'il en est ainsi, nous avons demandé à Amadou de décrire, dans ses mots, ce qu'est l'Afrique : «C'est un énorme continent aux territoires variés, comme les populations. Souvent, les gens en Occident n'arrivent pas à saisir l'Afrique. J'aime bien dire que les gens y sont tous Africains, mais dans un gigantesque monde de cultures plurielles. C'est tellement riche comme continent...»

«Évidemment, l'Afrique, c'est aussi un lieu de grands défis. La stabilité est très difficile à obtenir dans plusieurs pays. [...] Au Mali, c'est compliqué. Les problèmes internes divisent les populations. Il y a eu des choses terribles dans le passé. Et c'est encore chaud dans le Nord. Mais, je sens de l'optimisme, car les gens se rencontrent, discutent et parfois trouvent des solutions... Heureusement, il y a la musique!»

Nuits d'Afrique

Accompagné de plusieurs musiciens, le duo participe à une grosse tournée d'une cinquantaine de concerts, de mai à décembre. Durant cette période, il visitera les États-Unis, le Canada, ainsi que plusieurs pays européens.

«On aime beaucoup le Québec, affirme Amadou Bagayoko, 63 ans. On nous reçoit très bien là-bas et en plus, les gens semblent apprécier notre musique. Ça fait un moment que nous ne sommes pas allés à Montréal. [...] Nuits d'Afrique, c'est un bel événement pour faire rayonner notre culture africaine, et malienne aussi.»

Amadou et Mariam31e Festival international Nuits d'Afrique
Le 13 juillet au Métropolis de Montréal

LIRE AUSSI :
»
Adele retourne vivre à Londres
» Harry Styles, un inconnu pour Christopher Nolan
» Jay-Z en spectacle à Montréal en novembre

À voir également :