NOUVELLES

«Si tu me prends en photo, je prends ton cell pis je le casse»

Un policier du SPVM menace un citoyen sur une vidéo.

04/07/2017 18:52 EDT | Actualisé 05/07/2017 12:46 EDT

Un policier de Montréal aurait menacé de briser le cellulaire d'un cycliste qui le filmait, lors d'une intervention pourtant bien banale. L'homme et le policier se disent tous deux victimes d'intimidation.

Le HuffPost Québec a obtenu copie de la vidéo de l'intervention en question, qui se serait déroulée le 28 juin. Selon les paroles enregistrées par le citoyen, celui-ci a été intercepté parce qu'il n'a pas fait un arrêt complet sur le boulevard Maisonneuve, à Westmount. Lorsque les policiers sont venus lui donner sa contravention, il a sorti son téléphone cellulaire.

« Si tu me prends en photo, je prends ton cell pis je le casse », entend-on de la part d'un des agents.

« Tu le sers dans ton sac, sinon je te l'arrache des mains », a-t-il dit un peu plus tard.

Le cycliste, Steve Daigneault, a continué d'enregistrer les échanges, sans toutefois pointer le policier. L'affaire s'est conclue sans heurts, mais les agents lui ont donné une seconde contravention parce que son vélo n'avait pas suffisamment de réflecteurs.

M. Daigneault compte déposer une plainte en déontologie policière.

Droit de filmer

Dans la vidéo, le policier mentionne à plusieurs reprises qu'il considérait le fait d'être filmé comme de l'intimidation.

« Tu veux tu un dossier criminel? De l'intimidation envers les policiers, c'est ça. Si tu pointes le téléphone vers moi, je t'arrête. »

Selon l'inspecteur André Durocher, porte-parole du SPVM, les citoyens ont pourtant le droit de filmer les agissements des policiers.

« La ligne est très simple : la voie publique, c'est public. Filmer un policier, ce n'est pas une infraction », affirme-t-il en entrevue.

« Ce n'est pas de l'intimidation non plus, poursuit-il. Mais en même temps, ce n'est pas parce qu'on peut filmer qu'on doit nécessairement brandir une caméra dans le visage des gens. »

Selon l'inspecteur Durocher, filmer devient seulement une infraction si on entrave le travail des policiers.

M. Durocher n'a pas souhaité commenter les détails de la présente affaire.

LIRE AUSSI:
»
Un conducteur meurt à la suite d'un tir de la police à Montréal
» Plus d'infractions liées aux armes et d'agressions sexuelles signalées à Montréal en 2016
» Entente de principe entre Montréal et ses policiers