BIEN-ÊTRE

Elles racontent comment elles ont accepté leur acné persistante

Jade Beall réussit aujourd'hui à "sourire à ses boutons".

29/06/2017 12:44 EDT | Actualisé 29/06/2017 12:45 EDT
Jade Beall Photography
Une photographe et son modèle racontent avoir passé outre leur acné persistante.

BEAUTÉ - Au départ, elle ne comptait pas parler d'acné. La photographe Jade Beall voulait photographier cette femme et son enfant dans le plus simple appareil. Spécialisée dans les photos de nu, décomplexées et au naturel, l'Américaine a fait des clichés d'allaitement une marque de fabrique.

Son modèle, Scarlet, allaite sa fille de trois ans, malgré les jugements. Jade Beall voulait célébrer cela. Mais ce qui l'aura le plus marqué, c'est ce visage épanoui que Scarlet arbore malgré ses marques visibles sur les joues.

"Aujourd'hui, je peux sourire à mes boutons"

Jade Beall a alors écrit ces lignes qui parleront à beaucoup:

"J'ai de l'acné depuis mes 12 ans. C'était terrible à l'adolescence, mais je n'ai plus connu un seul jour sans mon bon ami le bouton. Adolescente, j'évitais tous les miroirs pour ne pas voir les rougeurs et cicatrices pénibles sur mon visage. Je me sentais grossière. Laide. Ça me faisait vraiment vraiment chier."

Dans la vingtaine, je pouvais me regarder dans un miroir, mais je me jugeais toujours à cause de ma peau. Je rêvais d'un visage doux et sans cicatrice. J'ai essayé toutes les huiles possibles puis les traitements qui ont rendu ma peau sensible au soleil et plus propice à développer un cancer de la peau."

"Aujourd'hui, je peux sourire à mes boutons. Vous voyez, nous avons grandi, ensemble."

"Quand Scarlet et sa fille sont venus se faire photographier à Los Angeles le mois dernier, Scarlet a arboré un sourire radieux et je suis tombée amoureuse, envoûtée par sa beauté et sa belle peau, une peau comme la mienne (...)."

"Qu'elle ait la confiance que je n'ai jamais eue"

Puis Scarlet a pris la plume également, sur le conseil de la photographe, pour raconter comment elle a passé outre la mauvaise image qu'elle avait d'elle-même.

"Quand ma fille et moi sommes arrivées à la séance photo, la première chose que j'ai dite c'était qu'il me fallait un peu de maquillage parce que je voulais atténuer l'acné kystique qui couvrait mon visage. Alors que je vis sans maquillage au quotidien, l'idée d'être exposée dans une photo qui durerait toujours me faisait trop peur. Aujourd'hui, je m'efforce de mettre de côté ma peur d'être jugée, je veux vivre par moi-même."

"Il y a des choses qui m'ont heurté aussi fort qu'une tonne de briques après la naissance de ma fille. Je voulais qu'elle ait la confiance que je n'ai jamais eue. Qu'elle sache élever la voix et qu'elle sache qu'elle peut être elle-même sans aucun remord et qu'elle mérite d'être aimée. J'ai soudain réalisé que je devais lui donner l'exemple, plus que quiconque."

"J'ai continué à l'allaiter bien après l'âge du sevrage habituel chez les enfants. J'ai eu des critiques et des louanges. Mais elle était plus importante que l'opinion des autres (...). Alors ces photos sont pour elle autant que pour moi. Un cadeau pour nos futurs nous."

VOIR AUSSI :

Des traitements simples et naturels pour combattre l'acné