POLITIQUE

Les demandes d'asile mexicaines sont en forte hausse

22/06/2017 05:56 EDT | Actualisé 22/06/2017 05:56 EDT
Reuters/Steve Marcus

La tendance qui commençait à être observée se confirme. Les plus récentes données du gouvernement fédéral consultées par Radio-Canada indiquent que les demandes d'asile au Canada formulées par des ressortissants mexicains sont près de dix fois plus que pour la même période un an auparavant.

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

Au cours des cinq premiers mois de l’année, 355 demandes d’asiles ont été présentées. En fait, il n’aura fallu que trois mois en 2017 pour dépasser les 242 demandes d’asile présentées par des ressortissants mexicains en 2016.

La hausse a commencé à être observée à partir de décembre, au moment de l’abolition du visa obligatoire pour les Mexicains.

trudeau nieto

Justin Trudeau et Enrique Peña Nieto

La décision de mettre fin à l’exigence de visa, une mesure qui était la source d'un différend entre Ottawa et Mexico, était une promesse électorale des libéraux. La décision avait été confirmée il y a près d’un an par Justin Trudeau, lors de la visite du président Enrique Pena Nieto dans la capitale canadienne.

Les conservateurs, qui avaient établi l’exigence consulaire en 2009, voient un lien direct entre l’abolition de la mesure et la hausse observée ces derniers mois. Ils affirment qu'il est maintenant plus facile d'entrer au Canada et ainsi formuler une demande d'asile. L'opposition officielle dénonce les coûts associés au renvoi de demandeurs d'asile dont la requête est jugée non fondée.

«Nous, comme Canadiens, on doit payer pour les retourner au Mexique parce qu'il n'y a pas lieu de les garder chez nous.» - Pierre Paul-Hus, député conservateur de Charlebourg-Haute-Saint-Charles

Selon l'Agence des services frontaliers du Canada, « toutes les personnes visées par une mesure de renvoi sont responsables de se procurer leur propre billet d'avion ». Mais si une de ces personnes n'est pas en mesure de débourser le prix du billet, c'est le gouvernement canadien qui le fera.

La plupart des demandes sont refusées

  • Malgré des situations plus instables dans certaines régions, le Mexique est considéré par Ottawa comme un pays sécuritaire qui respecte les droits de l’homme et assure la protection de l’État.
  • Par exemple, sur l’ensemble des demandes présentées en 2016, seulement 11 % ont été acceptées.

Encore loin des sommets passés

Malgré la hausse récente, le nombre de demandes d’asile demeure loin des sommets atteints il y a quelques années, avant l’instauration du visa obligatoire par le gouvernement Harper.

 

Par ailleurs, les demandes d'asile présentées par des Mexicains ces dernières années sont beaucoup moins importantes que celles de ressortissants d'autres pays, comme la Chine, le Burundi et l'Irak.

Le Canada, plus intéressant?

L'abolition du visa pourrait ne pas être le seul facteur qui explique la hausse observée ces derniers mois. Le professeur Claude Denis de l'Université d'Ottawa estime que les propos tenus par le président américain Donald Trump à l'endroit du Mexique peuvent contribuer à l'attrait du Canada.

«C'est certain qu'à mesure que les États-Unis sont moins intéressants pour les Mexicains, ça rend le Canada d'autant plus intéressant. D'autant plus qu'on a retiré l'obligation de visa.» - Claude Denis, professeur à la Faculté de sciences sociales, Université d'Ottawa

Hausse du tourisme

La fin du visa obligatoire se traduit également par un plus grand nombre de touristes mexicains au pays.

Selon des données de Statistique Canada, en 2016, environ 20 000 visiteurs mexicains entraient au pays chaque mois. Depuis le changement d’exigence consulaire, ils sont plutôt 30 000 par mois.

D’ailleurs, des informations de l’Agence des services frontaliers consultées par Radio-Canada démontrent qu’entre la fin de novembre et le début de mars, le Mexique était le troisième pays où étaient formulées le plus grand nombre de demandes de visa électronique.

Ce document beaucoup moins coûteux que doivent maintenant obtenir les Mexicains est exigé aux ressortissants d’une grande majorité de pays. Seuls les Français et les Britanniques ont été plus nombreux à demander un tel visa.

Pas de changement, dit Ottawa

Au bureau du ministre de l'Immigration, Ahmed Hussen, on affirme qu'en ce moment les « taux de demandes d'asile ne sont pas source d'inquiétude ».

Lors de l'annonce de l'abolition des visas, le gouvernement Trudeau avait laissé entendre que la mesure pourrait être remise en place s'il y avait un trop grand nombre de demandes d'asile.

LIRE AUSSI:

» Brian Mulroney invite Harper à laisser tomber les visas pour les Mexicains (VIDÉO)

» Abolition des visas pour les Mexicains: cela pourrait prendre quelques années


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Visite du président du Mexique, Enrique Peña Nieto