DIVERTISSEMENT

Beth Cossette s'envole vers Andorre avec le Cirque du Soleil (ENTREVUE)

22/06/2017 09:58 EDT | Actualisé 10/08/2017 05:50 EDT
Courtoisie

Malgré le buzz qu'a généré sa chanson Prismacolor en 2015, Beth Cossette a décidé de reporter la création et le lancement de son premier album. Depuis, elle a pris le temps de trouver sa véritable couleur musicale, de lancer un duo avec son amoureux, l'auteur-compositeur-interprète Félix-Antoine Couturier, et d'accepter un contrat avec le Cirque du Soleil dans le spectacle Scalada : Stelar, présenté à Andorre tout l'été.

Scalada : Stelar, c'est quoi au juste?

C'est un spectacle créé il y a cinq ans à Andorre, une ville très touristique. Scalada est le nom du personnage principal, qui vit dans les montagnes, un peu comme Andorre, une petite principauté entre la France et l'Espagne. Le territoire est carrément la thématique du spectacle. La première aura lieu le 1er juillet.

Quelle est ton implication dans le projet?

Félix-Antoine a obtenu le mandat de créer la musique des douze numéros à partir du répertoire du Cirque. Mais, il a décidé de composer douze chansons à partir de rien, en seulement trois mois et demi! Au départ, même si on forme une équipe dans la vie, on s'était dit qu'il s'en occuperait seul et que je l'aiderais au besoin. On trouvait ça important d'avoir des projets individuels qui nous stimulent. Mais ça n'a pas pris deux semaines qu'on travaillait ensemble! On a été transporté par une vague d'inspiration qui nous a fait écrire rapidement. Félix-Antoine compose les portions instrumentales et moi je m'implique dans les arrangements, les voix et le design sonore.

Pourquoi êtes-vous actuellement sur place, à quelques jours de la première?

On voulait s'assurer que la musique et les numéros se marient bien, que les transitions soient bien faites et que rien dans le rythme ou dans la composition ne nuise aux numéros. C'est important de voir les chorégraphies sur place et de parler avec les artistes pour s'ajuster. Ensuite, on va s'offrir des petites vacances en Europe.

beth et couturier

De la fin juillet au mois de septembre, votre duo Beth & Couturier participera à la tournée Feux de camp dans les campings et les parcs du Québec. Qu'est-ce qui vous attirait dans le projet?

C'est une belle manière de passer l'été en musique et le concept nous ressemble beaucoup. De juin 2016 à mars 2017, Félix-Antoine et moi, on a fait environ 70 spectacles, dont plusieurs étaient privés. On allait dans le salon ou dans la cour des gens pour être près d'eux. Et moi, j'adore tout ce qui est nature. Mes parents ont des chalets en Mauricie. On amène nos guitares, on chante dehors et tout le monde participe. Durant la tournée, on veut aller chercher autant le petit monsieur de 80 ans que la jeune fille de 13 ans. On va mélanger nos chansons respectives, faire plusieurs reprises et tester de nouvelles compositions.

Comment votre duo est-il né?

Au début, j'étais en réflexion à propos de mon album. J'avais besoin de mieux me connaître avant de produire un disque solo qui allait me représenter. Je voulais vivre des expériences, trouver ma voix et mon style. De son côté, Félix-Antoine faisait de la musique en solo depuis 10 ans. Son album Comme un seul homme était sorti depuis un moment. Alors on a tout simplement décidé de faire des spectacles ensemble, pour nous. Puisqu'on est un couple dans la vie, c'était une bonne manière de tourner ensemble : juste nous deux sur scène, avec une guitare, deux voix et des petites percussions. On reprend plusieurs chansons de son EP et de son album, que j'adore, et on plonge dans le répertoire des années 50 à aujourd'hui. On s'amuse. Je peux chanter une toune «de gars» comme Roxanne, et il va chanter une reprise de Genie in a bottle de Christina Aguilera.

Tu dis avoir eu besoin de temps pour trouver ton style. Est-ce que ça signifie que Prismacolor ne te ressemble pas?

Je ne regrette pas de l'avoir lancée. J'adore la pop. Mais la chanson l'était peut-être un peu trop pour moi. Quand le projet du Cirque du Soleil va être terminé, je vais m'investir dans mon projet d'album, et les mélodies vont demeurer pop, mais avec quelque chose de plus alternatif et de pas trop conventionnel. La chanteuse Banks est mon inspiration numéro un. Je veux quelque chose d'actuel, d'un peu champ gauche. L'album devrait sortir à la fin 2017 ou au début 2018.

As-tu toujours voulu être chanteuse comme ton père, Sylvain Cossette?

Quand j'étais enfant, je chantais pour le plaisir, mais j'étais impressionnée par le métier. J'étais en concentration musique au secondaire et j'ai étudié la basse. Mais à un moment donné, comme j'avais toujours vécu dans l'univers de la musique, j'ai eu besoin d'essayer autre chose. J'ai étudié en cinéma et en communications. Je suis devenue maniaque d'entraînement et de nutrition. Puis, j'ai eu envie de revenir à la musique. Je suis devenue directrice de tournée pour mon père pendant quelques années, j'ai été choriste pour lui et j'ai joué un peu de basse. J'ai pu goûter à tout et j'ai retrouvé l'envie de dévouer ma vie à la musique.

Qu'as-tu appris en observant sa carrière?

Mon père est le gars le plus travaillant que j'ai connu de ma vie et il s'entoure d'équipes extrêmement fortes. Avec un exemple pareil, ça me force à me dépasser dans la vie, à ne pas être paresseuse et à comprendre qu'il n'y a jamais rien d'acquis dans la vie. Même si j'ai la chance d'avoir un père dans le milieu, il faut que je fasse mes preuves.

Quelle est son attitude face à ton choix de carrière?

Il est content. Comme bien du monde, il trouve que le milieu change, que les ventes d'albums baissent et que c'est difficile de vendre des billets de spectacles. Donc, il est un peu inquiet de voir que je saute à pieds joints dans ce monde-là aujourd'hui. Mais il m'encourage à 100 %. Je pense qu'il est fier que je décide de me respecter et de croire en ce que j'ai envie de faire.

LIRE AUSSI :

» Coldplay reprend «Formidable» en concert devant Stromae

» Hellfest 2017: un nouveau record de consommation de bière

» Elisapie partage une chanson pour la Journée nationale des Autochtones

À voir également :