DIVERTISSEMENT

Le Studio SAM, un tremplin pour les jeunes créateurs

20/06/2017 05:35 EDT | Actualisé 20/06/2017 05:35 EDT
Studio SAM - Éva-Maude TC

Les jeunes créateurs qui manient la caméra et autres joujoux audiovisuels, et qui souhaitent matérialiser des idées d’émissions, en fictions ou en documentaires, ont un nouveau terrain de jeu pour laisser libre cours à leur passion. Un terrain de jeu qui pourrait les mener à plusieurs possibilités.

Inauguré lundi, le Studio SAM agit désormais comme un point de rencontre entre diffuseurs et talents émergents et constitue une vitrine et un tremplin pour les réalisateurs de demain. L’initiative a été mise sur pied par la maison de production Pixcom, et est pilotée par Nadine Dufour, productrice, et Charles Lafortune, producteur exécutif.

Le Studio SAM est déjà doté d’un site web très complet, où toute sa procédure est détaillée, de même que d’une chaîne YouTube.

Grosso modo, n’importe qui ayant en tête un projet audiovisuel à concrétiser – il n’y a aucune limite d’âge, aucune contrainte d’expérience, mais le projet en question ne doit jamais avoir été produit professionnellement – peut soumettre sa candidature.

Les décideurs du Studio SAM sélectionneront les dossiers les plus intéressants et contacteront ensuite les instigateurs pour jaser d’une éventuelle collaboration. Des émissions-pilotes seront par la suite tournées, pour éventuellement rayonner sur une plateforme ou une autre et, pourquoi pas, être vendues à des diffuseurs d’envergure. Au moins 12 émissions-pilotes seront ainsi produites d’ici les deux prochaines années.

Ludique, le Studio SAM propose aussi déjà du contenu et des expériences attrayantes à qui voudra bien en bénéficier. Sur le site, un premier exemple de pilote, Selfie Nation, de Carmine Pierre-Dufour et Fanny Lefort, est déjà en ligne.

Jusqu’au 31 août, on peut aussi relever le défi estival 3,2,1… à vos claviers!, qui consiste à élaborer un scénario de fiction de trois minutes, mettant en scène deux personnages, une personne âgée et un enfant, dans une situation se déroulant dans un seul lieu. Le concept le plus intéressant débouchera sur une émission-pilote bricolée par des professionnels.

Quant aux Blind dates de Sam, il s’agit de 12 classes de maîtres sous forme de rencontres spontanées, entre deux créateurs chevronnés, qui ont ainsi une tribune pour discuter de leur art, sans toutefois savoir d’avance avec qui ils ont été jumelés. François Létourneau et François Jaros, Anaïs Barbeau-Lavalette et André-Line Beauparlant et Martin Michaud et Viviane Audet se sont déjà prêtés à l’exercice. Le résultat de leur tête-à-tête peut être visionné sur le site du Studio SAM.

Les prochaines vidéos de Blind dates de Sam impliqueront, entre autres, Rafaël Ouellet, Anne Émond, Guillaume Lambert, Sophie Deraspe, Melissa Maya Falkenberg, François Avard, Catherine Brunet, Eric K.Boulianne, Les Satiriques, Sonia Cordeau et Simon Lavoie. On en dévoilera un par semaine, assorti d’une fiche explicative sur ses deux intervenants. Qui échangera avec qui?

Trente ans déjà

Par ailleurs, Pixcom célébrait récemment ses 30 ans d’activité. L’entreprise fondée en 1987 par Jacquelin Bouchard, qui en est toujours le président, s’est pour l’occasion dotée d’un nouveau site web et logo rafraîchi.

La télévision d’ici doit à Pixcom quelques fictions d’envergure (dont Victor Lessard, Béliveau, Apparences, Vertige et Karl et Max), des émissions jeunesse (dont Les Argonautes, Code Max et Kaboum), des jeux et variétés (dont Au suivant et Le cercle), des magazines (dont Électrons libres, Flip de filles, Remue-ménage, Pareil pas pareil et la nouveauté automnale de Télé-Québec, Indice McSween), de même que plusieurs documentaires.

Une cinquantaine d’employés et plus de 2000 pigistes s’affairent à porter chaque année les différentes productions de la boîte, qui offre également des services de doublage et de postproduction.

LIRE AUSSI:

» Mario Clément producteur contenu et fiction chez Pixcom

» Messmer et Charles Lafortune font équipe dans un nouveau jeu à TVA