POLITIQUE

Québec cherche à disposer des bouteilles d'eau et autres contenants

20/06/2017 07:05 EDT | Actualisé 20/06/2017 07:05 EDT
shutterstock

À tous les ans, les Québécois consomment 225 000 barils de pétrole sans avancer d'un pouce.

Pourtant, avec cette quantité de pétrole, 24 000 voitures pourraient rouler 20 000 kilomètres ou, vu autrement, une voiture pourrait parcourir 480 millions de kilomètres et faire le tour de la Terre près de 12 000 fois.

Où va cette impressionnante quantité de pétrole? Dans la fabrication des bouteilles d'eau que consomment annuellement les Québécois.

Mardi, le ministre de l'Environnement, David Heurtel, a donc demandé aux acteurs-clés du milieu de se réunir pour trouver des solutions à la récupération des bouteilles d'eau, mais aussi de tous les contenants de boisson, dont la prolifération est un problème environnemental bien connu, et ce, depuis fort longtemps.

Ce groupe de travail devra présenter dès l'automne prochain des solutions concrètes au gouvernement pour chercher à réduire au maximum la présence de contenants de boisson dans les sites d'enfouissement.

Les questions entourant la consigne et le recyclage seront évidemment au coeur des discussions, mais rien n'est déterminé d'avance et le terrain à défricher est assez vaste puisque le système québécois de consigne n'a pas été revu depuis sa création il y a plus de 30 ans.

"C'est une première d'asseoir l'ensemble de l'industrie afin de trouver des solutions pour les contenants en fin de vie", a fait valoir Dany Michaud, président-directeur général de Recyc-Québec.

"On veut trouver la solution qui est la plus pertinente pour les contenants en fin de vie. Est-ce qu'on va élargir la consigne à de nouveaux produits? Est-ce qu'on va l'augmenter? On n'a rien de décidé", a précisé M. Michaud en entrevue avec La Presse canadienne, tout en reconnaissant qu'il s'agit d'un dossier complexe qui met en présence des points de vue diamétralement opposés et des intérêts économiques divergents.

Il prend l'exemple de la fameuse bouteille de vin, dont le taux de récupération est exceptionnel, mais dont la mise en consigne souvent proposée est moins simple qu'il n'y paraît.

"La bière, c'est un modèle de réemploi: on rapporte la bouteille et elle est remplie. Le problème de la bouteille de vin, c'est qu'il n'y a pas assez de vignobles ici pour le réemploi", explique-t-il.

La création du groupe de travail a été annoncée par le ministre Heurtel qui s'est présenté à Joliette avec une enveloppe de 1,4 million $ qui servira à l'achat de bacs de récupération pour les espaces publics municipaux, tels les arénas, les parcs et autres.

M. Heurtel se trouvait à Joliette pour visiter les nouvelles installations de traitement de verre de la firme EBI Environnement.

INOLTRE SU HUFFPOST

Efficacité environnementale: le classement des pays développés