POLITIQUE

Philippe Couillard indique qu'il n'y aura pas de remaniement ministériel à court terme

16/06/2017 01:49 EDT | Actualisé 16/06/2017 08:38 EDT

Le premier ministre Philippe Couillard a écarté une fois de plus, vendredi, l'idée de procéder dans les prochaines semaines à un remaniement de son équipe.

En point de presse, en marge du bilan de la session parlementaire, qui a pris fin vendredi, M. Couillard n'a pas paru pressé de rebrasser les cartes, à un an de la prochaine campagne électorale.

Il a réaffirmé qu'il souhaitait toujours des façons d'améliorer son conseil de ministres, mais que ce ne serait pas à court terme.

Le premier ministre pourrait privilégier plutôt un remaniement à la fin du mois d'août, soit un peu avant la prochaine rentrée parlementaire, le 19 septembre.

Il pourrait ainsi profiter de la période des vacances, à tête reposée, pour réfléchir aux changements à apporter, tasser les éléments faibles du cabinet, présenter de nouveaux visages, tout en assurant un équilibre entre anciens et nouveaux, hommes et femmes, Montréalais et représentants des différentes régions.

Actuellement, certains ministres sont surchargés: Laurent Lessard dirige deux importants ministères très accaparants (Transports et Agriculture), tout comme Martin Coiteux (Affaires municipales et Sécurité publique) et Sébastien Proulx (Éducation et Famille).

Plusieurs dossiers sont en attente d'une décision, comme la fusion prévue du ministère des Affaires municipales et de la Sécurité publique, un projet du premier ministre qui n'est toujours pas mené à terme.

C'est aussi un secret de Polichinelle que certains députés libéraux piaffent d'impatience de prendre un siège au cabinet. Dans certains cas, une place au conseil des ministres peut aider à se faire réélire.

L'équipe remaniée serait vraisemblablement celle que M. Couillard présentera à la population au moment de déclencher les prochaines élections, à la fin de l'été 2018.

Il a dit maintes fois dans le passé et il l'a répété encore vendredi qu'il souhaitait faire en sorte que le conseil des ministres compte un plus grand nombre de femmes et de jeunes, qu'il voulait redynamiser son gouvernement à l'approche des élections.

Depuis qu'il est en poste, en avril 2014, M. Couillard n'a procédé qu'à un seul remaniement d'envergure, à la fin de janvier 2016.

Durant son point de presse, vendredi, M. Couillard a dit que son gouvernement avait mis le Québec "sur la bonne voie" au cours des dernières années, ayant fait le ménage des finances publiques et ayant fait en sorte de créer un climat économique favorable entraînant un faible taux de chômage record de seulement 6 pour cent.

"La confiance et l'optimisme quant à l'économie sont revenus", a-t-il fait valoir, en rappelant que les prochains mois seront marqués par la réouverture de l'Accord de libre-échange nord-américain et les négociations sur le bois d'oeuvre, deux dossiers difficiles.

Alors qu'il se prépare à faire une mission éclair à Washington, lundi, dans le dossier du libre-échange, M. Couillard a rappelé son souci de promouvoir "une relation d'affaires ouverte avec les Américains".

Il s'est dit fier de constater que son gouvernement avait réalisé un pourcentage très élevé des engagements pris par sa formation politique en 2014.

Le premier ministre a estimé que les six derniers mois avaient été ceux de l'affirmation du Québec, notamment avec la publication de la politique "Québécois, notre façon d'être Canadiens", qui redéfinit les relations Québec-Canada et relance le débat constitutionnel.

L'automne prochain, parmi les projets sur la table, le gouvernement présentera un plan de lutte à la pauvreté, prévoyant sortir 100 000 personnes de la pauvreté.

LIRE AUSSI :

» La CAQ ne considère plus le PQ comme un adversaire

» Une vingtaine d'élus ont raté plusieurs votes


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les citations politiques de 2017