NOUVELLES

Des chercheurs canadiens tentent de réduire les pets des vaches grâce à la génétique

13/06/2017 05:47 EDT | Actualisé 13/06/2017 05:52 EDT
shaunl via Getty Images
Group of curious cows munching on hay.

Faire moins péter les vaches. C'est le défi en apparence bien insolite que s'est lancé une équipe de chercheurs canadiens.

Les scientifiques Filippo Miglior de l'Université de Guelph en Ontario et Paul Stothard de l'Université de l'Alberta souhaitent diminuer les flatulences de ces gros mammifères pour une raison bien noble: réduire l'empreinte écologique de l'industrie laitière.

Mine de rien, l'élevage boivin est responsable d'environ 9,5% des émissions mondiales de gaz à effet de serre selon l'organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture. Les pets des vaches sont chargés de méthane qui est un puissant gaz à effet de serre responsable du réchauffement climatique.

Le projet recherche, lancé en 2015 grâce à Génome Canada et qui devrait s'étaler sur 10 ans, tente de déterminer les vaches qui émettent le moins de méthane et les gènes qui sont derrières cette particularité.

Une fois les gènes identifiés, on souhaite séquencer de nouvelles bêtes «plus vertes» qui possèdent ces caractéristiques génétiques. Sur les 10 000 vaches participantes, les chercheurs ont réussi à identifier 80 gènes responsables de la faible production de méthane de l'animal, mais aussi ceux liés à sa santé et à ses besoins en nourriture, ont-ils précisé à The Wired.

«L’empreinte environnementale de l’industrie laitière diminuera aussi, en raison entre autres de la diminution des émissions de méthane, mais également parce que des animaux qui absorbent mieux les aliments produisent moins de fumier», explique-t-on dans la description du projet.

Bien entendu, l'objectif derrière tout cela est aussi économique. Les données recueillies favoriseront la sélection de «super vaches» qui permettront également aux producteurs d'augmenter leur production laitière.

Les scientifiques peuvent compter sur la collaboration de laboratoires aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Danemark, en Australie et en Suisse pour mener à bien leur projet.

LIRE AUSSI:

» Diminution de 8 pour cent des GES au Québec par rapport à 1990

» Le boom des émissions de méthane menace la lutte contre le réchauffement

» Des algues permettent d'éliminer le méthane des pets de vaches


VOIR AUSSI:

INOLTRE SU HUFFPOST

Efficacité environnementale: le classement des pays développés