NOUVELLES

Nouveau recours du clan Villanueva pour accuser le policier Jean-Loup Lapointe au criminel

19/05/2017 06:16 EDT | Actualisé 19/05/2017 06:16 EDT
.

Près de neuf ans après la mort de Fredy Villanueva, la Coalition contre la répression et les abus policiers (CRAP) dépose une nouvelle requête devant la Cour supérieure vendredi matin afin que le policier qui l'a tiré soit accusé d'homicide. La CRAP tente ainsi de faire casser un récent jugement qui a tranché en faveur du policier Jean-Loup Lapointe, du Service de police de la ville de Montréal (SPVM).

Un texte de Geneviève Garon

« Je demeure convaincu, après avoir participé à l'enquête publique, que le policier Jean-Loup Lapointe a posé des actes criminels », affirme le militant de la CRAP, Alexandre Popovic, qui assure agir avec la bénédiction de la mère de Fredy Villanueva.

Le dossier est donc loin d'être clos pour la Coalition qui s'est formée après la mort du jeune de 18 ans, tombé sous les balles du policier Lapointe, le 9 août 2008, aux abords du parc Henri-Bourassa, dans l'arrondissement de Montréal-Nord.

M. Popovic dépose une requête devant la Cour supérieure afin de casser le jugement rendu le 19 avril, qui a rejeté la plainte privée présentée par la CRAP.

C'était un recours exceptionnel dont M. Popovic tentait de se prévaloir pour convaincre le tribunal que Jean-Loup Lapointe doit être accusé au criminel, même si le Directeur des poursuites criminelles et pénales a déjà écarté cette possibilité.

Le juge Pierre E. Labelle, de la Cour du Québec, a rejeté la requête de M. Popovic.

Une décision « bâclée »?

Un mois plus tard, Alexandre Popovic, qui se représente seul, soutient que le juge Labelle a pondu une décision déraisonnable.

Selon le nouveau document judiciaire préparé par le militant, le juge « n'a pas exercé sa juridiction en rejetant sa dénonciation sans avoir entendu de témoins, ni avoir donné au requérant la possibilité de produire des témoins devant lui avant de rendre sa décision ».

De plus, M. Popovic estime que le juge Labelle n'aurait pas dû justifier sa décision en invoquant l'article 25 du Code criminel qui stipule qu'un policier peut « employer la force nécessaire » pour faire respecter la loi.

«C'est au juge du procès qu'il reviendrait de se prononcer sur une éventuelle défense fondée sur l'application de l'article 25 du Code criminel.» - Extrait de la requête de la Coalition contre la répression et les abus policiers

Force abusive, selon la CRAP

Depuis bientôt neuf ans, la CRAP et le clan Villanueva soutiennent que le policier Lapointe a voulu arrêter de façon illégale le frère de Fredy, Dany Villanueva, le 9 août 2008, ce qui a fait en sorte que des jeunes se sont approchés des agents.

« Toute utilisation de force qui s'en est suivie était illégale, abusive et excessive », soutient Alexandre Popovic. Deux amis de Dany Villanueva ont été blessés par les balles du policier et son petit frère Fredy est mort.

La requête d'Alexandre Popovic sera présentée devant la Cour supérieure vendredi matin.

LIRE AUSSI:

» Émeute de Montréal-Nord: des citoyens dénoncent les voyous sur Facebook

» Casse à Montréal-Nord: la Ville défend le choix de la police (VIDÉO)


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter