POLITIQUE

Gaétan Lelièvre chassé du caucus péquiste pour avoir accepté des cadeaux d'une firme d'ingénieurs (VIDÉO)

16/05/2017 09:08 EDT

Le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, a été chassé mardi du caucus péquiste, après avoir reconnu s'être placé dans le passé dans une situation apparente de conflit d'intérêts. Il siégera désormais à titre indépendant.

Il a reconnu avoir reçu divers cadeaux d'une firme d'ingénierie, Roche, alors qu'il était directeur général de la ville de Gaspé, avant de se lancer en politique. Il a occupé ce poste de 2001 à 2010.

M. Lelièvre, qui a été ministre dans le gouvernement de Pauline Marois, est député depuis 2012.

En point de presse, mardi matin, le chef péquiste Jean-François Lisée a reproché à son député, présent à ses côtés, de ne pas l'avoir informé des faits étalés le jour même dans les journaux de Québecor, qui ont mis la main sur une série de courriels compromettants.

"Sa décision de ne pas rendre publiques ces informations dommageables pour lui et pour notre formation politique doit être sanctionnée. C'est pourquoi j'ai demandé à Gaétan de quitter aujourd'hui le caucus du Parti québécois jusqu'à nouvel ordre, le temps de donner aux autorités compétentes le loisir d'effectuer toute éventuelle vérification, si elles le jugent opportun, et le temps nécessaire de voir si d'autres informations s'ajoutent au dossier", a commenté M. Lisée.

M. Lelièvre a avalé la pilule, faisant son mea culpa, et convenant qu'il n'aurait pas dû accepter ces avantages et qu'il aurait dû en revanche dévoiler ces faits à sa formation politique, qui se fait un devoir de respecter les plus hauts standards d'intégrité. Il a présenté ses excuses aux citoyens de son comté et au PQ.

Dans une brève déclaration, le député désormais indépendant parlait de lui à la troisième personne pour soutenir, malgré les faits reprochés, qu'il avait toujours agi dans le respect des lois.

"Jamais Gaétan Lelièvre n'a posé un geste illégal. Gaétan Lelièvre a toujours géré, administré les biens publics dans l'ensemble des fonctions que j'ai occupées depuis l'âge de 20 ans, avec la plus grande rigueur", a-t-il dit, tout en admettant qu'il aurait pu se montrer plus prudent sur le plan de l'éthique.

MM. Lelièvre et Lisée n'ont pris aucune question des journalistes.

Les faits reprochés, qui datent de 2008-2009, avaient été rapportés à la commission Charbonneau. Dans son témoignage fait à la commission, M. Lelièvre avait nié avoir reçu des cadeaux en échange de contrats donnés par la Ville de Gaspé.

Parmi les cadeaux reçus, M. Lelièvre a sollicité Roche, avec succès, pour obtenir de bons billets afin que son fils puisse se rendre au Centre Bell. Il a aussi utilisé sans frais le condo du responsable du développement des affaires chez Roche, une firme qui cherchait à obtenir des contrats de la Ville de Gaspé.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les citations politiques de 2017