NOUVELLES

Le nombre de déchirures dans la toile du stade olympique est en hausse

04/05/2017 12:29 EDT | Actualisé 04/05/2017 12:32 EDT
Radio-Canada

De nouveaux indices prouvent l'urgence de changer le toit du stade olympique de Montréal qui a atteint la fin de sa vie utile. Le nombre de déchirures de la toile est passé de 496 l'an dernier, à 677 cette année.

Un texte de Davide Gentile

Au total, c'est 7453 déchirures qui ont dû être réparées depuis 2007. Rien n'indique que le toit présente un danger cependant, puisque les sutures accumulées au fil des ans font en sorte que la toile maintient une certaine force.

La Régie des installations olympiques (RIO) répète que le toit, vieux de 20 ans, « doit être remplacé au cours des prochaines années ». Elle indique, dans son rapport annuel déposé à l'Assemblée nationale, que la dégradation s'accélère et que les coûts d'entretien se maintiennent à 498 000 $ cette année.

Le dossier du remplacement avance à pas de tortue depuis des années. Le gouvernement Couillard a reçu un « dossier d'opportunité » il y a déjà presque deux ans. « Il y a des questions soulevées par le Conseil du Trésor et la Société québécoise des infrastructures », affirme la ministre du Tourisme, Julie Boulet.

Ce « dossier d'opportunité » serait la dernière étape avant de pouvoir lancer un appel d'offres pour remplacer le toit.

En attendant, le gouvernement cherche à trouver une entreprise pour « exploiter et gérer » le stade olympique, l'esplanade et les stationnements. Un appel d'offres a été lancé fin mars.

«Ce qu'on veut savoir, avant d'investir pour faire le toit, c'est : qu'est-ce que l'on fait avec cette structure-là?» - Julie Boulet, ministre du Tourisme

« Y a-t-il des promoteurs intéressés à l'exploiter? » s'est questionné la ministre Boulet lors de l'étude des crédits. La date limite pour répondre à l'appel d'offres, d'abord fixée au 28 avril, a été repoussée au 9 mai.

Certains éléments peuvent favoriser une relance des lieux. La tour du stade olympique sera finalement l'objet d'un projet immobilier majeur.

Le Mouvement Desjardins y déménagera plus de 1300 employés en 2018. Les travaux progressent pour aménager les locaux qui devraient être occupés par Desjardins pendant au moins 15 ans.

Mais le remplacement du toit demeure un problème pour le gouvernement. Construire un toit fixe coûterait au moins 200 millions de dollars, alors qu'un toit rétractable coûterait de 60 à 100 millions de plus.

Même le démantèlement du toit a été envisagé, comme le révélait Radio-Canada en mars 2015.

Le bref gouvernement péquiste de Pauline Marois n'est pas arrivé à s'engager dans le dossier. Rien n'indique que le gouvernement Couillard voudra investir des centaines de millions dans cet édifice d'ici les prochains mois. Même le maire de Montréal n'a pas fait de la rénovation du stade olympique une priorité pour le 375e de Montréal.

La ministre Boulet affirme que le dossier d'opportunité devrait être déposé à l'automne au Conseil des ministres.

LIRE AUSSI:

» Aimer ou détester le stade olympique, telle est la question

» 40 ans après les JO, Taillibert continue de défendre le Stade olympique


Voir aussi:


Montréal la nuit par Luc Girouard


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter