POLITIQUE

Enquête de l'UPAC: Jean Charest dit qu'il est innocent

25/04/2017 07:24 EDT | Actualisé 25/04/2017 07:24 EDT

Le réseau TVA affirme que l'ex-premier ministre Jean Charest et l'ancien collecteur de fonds libéral Marc Bibeau auraient été sous la loupe des enquêteurs de l'UPAC jusqu'à l'an dernier.

Cette enquête, nommée Mâchurer, se penche notamment sur le financement politique et l'octroi de contrats publics. Le commissaire de l'UPAC confirme qu'elle se poursuit.

Aucune accusation n'est portée contre les personnes concernées par cette enquête. Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a confirmé à Radio-Canada qu'aucun dossier ne lui a été transmis concernant MM. Charest et Bibeau.

LIRE AUSSI:

» L'opposition demande à l'UPAC de poursuivre son enquête sur Charest et Bibeau


Jean Charest a transmis la déclaration suivante, par l'entremise de Me Gregory Larroque, de la firme McCarthy Tétreault : « Je prends acte de la déclaration du Directeur des poursuites criminelles et pénales à l'effet qu'"aucun dossier ne lui a été transmis". Je ne ferai aucun autre commentaire, si ce n'est pour réaffirmer mon innocence face aux allégations qui circulent. »

Martin Coiteux a refusé de se prononcer sur l'enquête, ne voulant pas s'immiscer dans le travail des policiers.

Il a toutefois fait part de ses préoccupations concernant la fuite d'informations dont a bénéficié TVA. Selon lui, ce « coulage » pourrait « contaminer la preuve éventuelle » et empêcher « qu'on puisse aller jusqu'au bout d'une affaire en justice ».

L'UPAC a annoncé la tenue d'une enquête interne pour identifier l'origine de la fuite de documents confidentiels qui ont mené à la diffusion de ces informations.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Jean Charest en campagne