DIVERTISSEMENT
24/04/2017 02:15 EDT | Actualisé 24/04/2017 02:17 EDT

«The Riddle», le nouvel album de Coco Méliès

Le duo Coco Méliès propose The Riddle, un second long jeu anglophone dans la lignée de l’album folk précédent Lighthouse. Moins orchestral, mais tout aussi soigné, le tout récent opus est encore confectionné de très jolies harmonies vocales et de fins arrangements. Deux ans après notre première rencontre, nous voilà de nouveau à jaser de musique avec les musiciens-chanteurs.

Francesca Como, alias Coco, et son comparse David Méliès ont signé (mars 2016) avec la reconnue maison de disque montréalaise Audiogram après une collaboration avec la jeune boîte Costume Records.

Ça fait une bonne dizaine d’années que les deux artistes – qui forment également un couple dans la vie – se découvrent notamment à travers la musique.

En 2011, il avait offert le EP The Walking Birds (2011). Trois ans plus tard est sorti le respecté Lighthouse, qui a plu à de nombreux mélomanes. Il avait été réalisé par le réputé batteur Robbie Kuster. Depuis cette dernière parution, Franscesca et David ont visité une centaine de salles au Québec et dans quelques pays européens, dont la France.

coco melies

À l’automne dernier, Coco Méliès a réussi à trouver du temps pour enregistrer les 12 pièces qui constituent The Riddle (en français le mot signifie l’énigme, au sens large). Tout comme avant, on peut qualifier ces chansons de folk raffiné, dans lequel on retrouve la douceur et l’introspection. Souvent, Coco Méliès explore les thèmes du rapport à l’autre et le sentiment trouble. L’idée maitresse du groupe semble résider dans le dialogue entre elle et lui. Ce n’est ni rageur ni mielleux. La plupart du temps, les deux belles voix se répondent, sinon se complètent. Quelques morceaux comme Wasted Year, sont plus dégourdis musicalement. Moins «rock» dans la facture, Coco Méliès peut quand même faire penser à Fleetwood Mac. L’esprit (et non la facture musicale) évoque aussi le travail de She & Him (par exemple la chanson aux airs country Sit Thight) et même de Simon and Garfunkel (le morceau d’ouverture Oh Brother).

Sur ce disque - enregistré en grande partie dans le studio Tempo d’Audiogram - David Méliès a assumé le jeu de plusieurs instruments, dont la guitare, le piano et certaines lignes de basse. Pour le reste, le duo a fait appel cette fois aux musiciens qui les accompagnent en spectacle depuis déjà quelques années, à savoir Julien Thibault (violoncelle et basse) et Simon Bilodeau (batterie et percussions). Quant à la section de cuivres, elle était formée par Alex Francoeur (saxophone), Christopher Vincent (trombone) et Rémi Cormier (trompette, flugelhorn).

cover coco melies

«Près de nous»

Au dire de Méliès, ce changement d’équipe était en partie fondé par la volonté de ne pas répéter les chansons de Lighthouse. De l’avis de Francesca Como, les membres de la formation avaient aussi envie de faire cet album «entre eux». «Il y avait un désir de proposer un album qui ressemble plus à ce qu’on offre en concert. Donc, on a pris nos musiciens de tournée, qui nous ont aussi aidé à monter nos morceaux. Ça semblait la continuité parfaite. On trouvait que Lighthouse était très loin de ce qu’on proposait en spectacle.»

«Il faut savoir qu’on offrait déjà les chansons de Lighthouse avant de les enregistrer en studio avec l’aide de Robbie, renchérit Méliès. Il a d’ailleurs joué sur l’album. Lighthouse, portait quand même notre signature; c’était notre univers. Mais il est beaucoup plus orchestral avec d’imposants arrangements de cordes.»

«Cette fois, on est un peu plus posé dans la livraison et on sera peut-être un peu plus énergique sur scène. Je crois aussi que The Riddle est plus personnel. On ne réinvente pas la roue au niveau des textes, mais c’est vraiment plus près de nous. C’est narrow, plus direct. L’écriture est assez simple. On cherchait à raconter des histoires ouvertes que les gens pourraient interpréter à leur manière.»

Les 12 pièces ont été écrites par Francesca (par exemple Scarce Parade et Yellow Bird) et David (Sit Thight et Park Bench, chacun de leur bord. Ensuite, les deux auteurs ont partagé leurs écrits et commenté le travail de l’autre, au besoin. «C’est passé dans le tordeur de l’autre quand même», de préciser Méliès.

«On est pratiquement toujours ensemble, raconte ensuite Como. On vit et voit les mêmes choses. Mais on ne les absorbe pas de la même manière. On évolue dans le même monde, mais on les vit différemment. C’est dans cette optique que les textes sont comme des miroirs de chacun. C’est une grosse discussion entre moi et David.»

Au sujet des miroirs, David n’est pas tout à fait d’accord. «De mon côté, je ne le vois pas vraiment comme ça. Je pense que les textes représentent d’abord une discussion avec moi-même. Ce ne sont pas des pièces qui s’adressent à elle, en particulier. C’est encore plus personnel que ça. Je traite d’affaires à travers lesquelles j’ai passé au cours des deux dernières années, qui ont été très intenses. En fait, il y a beaucoup d’anxiété dans cet album», conclut-il en riant.  

Quoi qu’il en soit, les deux auteurs-interprètes sont d’accord pour dire qu’il y a beaucoup de temps d’arrêt sur The Riddle (qui signifie l’énigme en français). Mais, très peu de nostalgie… «Dans mon cas, je suis incapable de gérer la nostalgie, souligne Méliès. Ça m’angoisse. C’est un peu intellectuel, mais j’aime dire que l’album n’est pas écrit au présent. Il a été pensé cinq secondes avant et après le présent. Il y a toujours une minuscule anticipation dans la démarche.»

À vrai dire, l’idée était de couper les liens avec le passé pour labourer sans acharnement les relations amoureuses, les rapports humains, l’avenir proche. Le résultat est une réflexion nuancée et subtile sur soi-même ou encore sur la vie avec l’autre.

Centre Phi

Coco Méliès offrira un spectacle-lancement (un concert complet de plusieurs chansons) au Centre Phi, le 27 avril. Le duo sera entouré de Julien Thibault, Simon Bilodeau ainsi que d’Ariane Vaillancourt (piano et voix), qui fera d’ailleurs partie de la prochaine tournée. Le groupe devrait entamer les nouveaux spectacles à la fin du printemps.

 

LIRE AUSSI:

» 7 albums québécois à écouter ce printemps



VOIR AUSSI: