NOUVELLES

Antisémtisme: un adolescent inculpé en Israël pour des milliers de fausses alertes

24/04/2017 11:19 EDT | Actualisé 24/04/2017 11:19 EDT
Reuters

Un adolescent israélo-américain a été inculpé lundi en Israël pour avoir lancé des milliers de fausses alertes à la bombe au cours des derniers mois.

Le suspect a gagné l'équivalent de 240 000 $ en bitcoins (monnaie virtuelle) en proposant d'annoncer par téléphone, contre rémunération, de fausses attaques à la bombe ou à l'arme à feu contre des écoles, des hôpitaux ou encore des avions sur le « Darknet », réseau parallèle sur Internet.

Il a été arrêté le 23 avril en Israël et la police l'a identifié comme étant l'auteur de centaines de fausses alertes contre des centres communautaires juifs aux États-Unis, qui avaient fait croire à une poussée d'antisémitisme dans le pays en début d'année.

LIRE AUSSI:

» Vague d'antisémitisme aux États-Unis

» Trump dénonce des actes antisémites «horribles et douloureux»


La mère américaine et le père israélien du jeune homme ont déclaré que leur fils, qui est arrivé en Israël à l'âge de 5 ans et vit avec eux à Ashkelon, était autiste et souffrait d'une tumeur au cerveau qui affecte son comportement.

« Mon fils ne déteste personne », a dit sa mère.

Selon le parquet israélien, le suspect a menacé environ 2000 institutions, dont des écoles, des centres commerciaux, des commissariats de police, des compagnies aériennes et des aéroports en Amérique du Nord, Grande-Bretagne, Australie, Nouvelle-Zélande, Norvège et Danemark.

Il utilisait un équipement électronique pour altérer sa voix et une antenne wifi longue distance.

Selon une liste de tarifs postée par le suspect, un client pouvait commander une menace « d'un massacre dans la maison d'un particulier » pour 40 $, celle d'un « massacre à l'école » pour 80 $. Une fausse alerte visant une compagnie aérienne était facturée 500 $.

S'il est reconnu coupable par la justice israélienne, il risque jusqu'à dix ans de prison.

Voir aussi:


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter