POLITIQUE

Deux fois plus de membres du PCC au Québec

23/04/2017 09:55 EDT | Actualisé 23/04/2017 09:55 EDT
La Presse Canadienne

EXCLUSIF - En trois mois, le nombre de membres du Parti conservateur du Canada (PCC) a presque doublé au Québec. C'est ce que démontre une liste provisoire obtenue par Radio-Canada, qui révèle des augmentations importantes dans certaines circonscriptions rurales de la province.

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

En Beauce, la circonscription du candidat à la direction Maxime Bernier, le nombre de membres a augmenté de plus 300 % en janvier, passant d'un peu plus de 100 à un peu plus de 400.

Dans la circonscription d'Abitibi-Témiscamingue, où il y avait moins de vingt membres en janvier la croissance est encore plus fulgurante, à 360 %.

La liste pour le Québec obtenue par Radio-Canada est partielle. Elle indique les membres pour chacune des circonscriptions de la province en janvier, puis en date du 20 avril. Le parti doit encore vérifier certaines demandes d'adhésion. La liste de membres pourrait donc encore s'accroître considérablement.

Cette augmentation importante des adhésions s'explique par un facteur : la course à la direction.

Pour avoir le droit de vote et choisir le prochain chef, il était nécessaire d'adhérer à la formation politique avant la fin mars. Les campagnes des différents candidats ont donc multiplié les efforts ces derniers mois pour garnir leurs rangs.

La mobilisation a été particulièrement importante dans des circonscriptions rurales.

Dans une vingtaine d'entre elles, le nombre de membres a augmenté de plus de 100 %.

En février, Radio-Canada rapportait que des agriculteurs se mobilisaient pour adhérer au Parti conservateur, question de nuire au candidat Maxime Bernier qui veut abolir le système de gestion de l'offre.

LIRE AUSSI:

» Débat bilingue du Parti conservateur: une première pour Kevin O'Leary

» «C'est la course de ma vie» - Maxime Bernier

» Le mouvement conservateur en quête de renouveau


Jacques Roy, qui a créé sur Facebook la page Les amis de la gestion de l'offre et des régions, qui encourageait à devenir membre du parti se réjouit et estime qu'avec plus de temps, d'autres nouveaux membres sensibles à sa cause auraient rejoint les rangs conservateurs.

«Je n'aurais pas de misère, cela se vendrait comme des petits pains chauds. Les gens sont encore plus sensibilisés.»

- Jacques Roy, responsable de la page Facebook les amis de la gestion de l'offre

Les producteurs laitiers ont particulièrement été courtisés par les candidats Steven Blaney et Andrew Scheer, mais aussi par plusieurs autres campagnes, dont celles de Kellie Leitch et Michael Chong.

Dans l'entourage de Maxime Bernier, on affirme ne pas s'inquiéter de cette augmentation de membres dans les circonscriptions rurales. Sa campagne estime notamment qu'étant donné le nombre de candidats qui appellent les agriculteurs devenus membres à se ranger derrière eux, leur poids pourrait être minimisé.

Jacques Roy affirme de son côté qu'en collaboration avec les organisateurs d'un groupe anglophone qui défend la gestion de l'offre, il entend formuler une recommandation de vote.

Si l'enjeu est important, c'est que dans la course à la direction du Parti conservateur, chaque circonscription, peu importe le nombre de membres, dispose d'un poids égal dans le choix du prochain chef.

Augmentations en ville aussi

Le recrutement a aussi été efficace dans certaines circonscriptions urbaines, notamment à Québec, Gatineau et Montréal.

Dans la métropole, certaines circonscriptions qui disposaient de moins de trente membres avant janvier, comme Ahunstic-Cartierville, Papineau ou Rosemont-La-Petite-Patrie, ont vu leur liste de membres doubler, voire tripler.

Malgré ces augmentations le nombre de membres québécois au sein de la formation politique demeure modeste par rapport à d'autres régions du pays.

Selon nos informations, le Québec ne détient qu'environ 5,5 % du nombre total de membres du Parti conservateur du Canada.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Parti conservateur: qui sont les candidats?