POLITIQUE

Québec met sur pied une force policière intégrée contre le proxénétisme (VIDÉO)

21/04/2017 10:24 EDT

La nouvelle escouade régionale mixte visant à lutter contre le proxénétisme et l'exploitation sexuelle promise l'automne dernier par le gouvernement Couillard est maintenant opérationnelle, a confirmé vendredi le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux.

« Le mandat qui est confié à cette nouvelle équipe est de lutter contre les réseaux de proxénétisme et de traite de personnes à des fins d’exploitation sexuelle qui opèrent sur une base interrégionale […], interprovinciale et même internationale », a résumé M. Coiteux.

L’équipe d’enquêteurs spécialisés issus des rangs des corps de police de Montréal, Québec, Gatineau, Longueuil et Laval « comprend déjà les effectifs requis pour être active sur le terrain », a ajouté le ministre, en précisant que d'autres policiers s'y joindront d'ici peu. À terme, le groupe comprendra 25 policiers.

Dotée d’un budget de plus de 12 millions de dollars sur cinq ans, dont 6,4 millions provenant du gouvernement, l’escouade est basée dans les locaux du service des enquêtes spécialisées de la police de Montréal, et est dirigée par un commandant issu de ses rangs. Elle disposera également de bureaux régionaux à Québec et à Gatineau.

La Sûreté du Québec, qui dessert toutes les plus petites municipalités de la province, coordonnera des efforts de la nouvelle équipe à l'échelle provinciale. Un de ses policiers, basé à Montréal, « va assurer le partage de renseignements criminels, recevoir toutes les demandes de soutien opérationnel et identifier les phénomènes émergents et les cibles potentielles », a précisé une porte-parole, Martine Asselin.

La GRC prête aussi main-forte au groupe, question de coordonner ses efforts avec d’autres provinces, voire d’autres pays.

«Les réseaux de proxénètes ne connaissent pas de frontières. Le réseau de partenariat que nous mettons en place nous permettra donc de mieux adapter notre réponse à cette réalité.» - Martin Coiteux

Selon M. Coiteux, cette nouvelle structure intégrée permettra non seulement de réunir l’expertise et de développer de meilleures pratiques, mais également d’assurer une meilleure coordination des dossiers, un repérage plus efficace des victimes, des interventions plus rapides et un soutien plus adéquat aux partenaires des corps de police municipaux. »

En agissant de la sorte, le gouvernement témoigne de son souci d'obtenir « une efficacité maximale, de faire la vie dure aux proxénètes, pour qu’au cours des prochaines années, ça devienne extrêmement difficile pour eux d’opérer, qu’ils paient le prix de ce qu’ils font », a affirmé le ministre.

La protection des mineures dans son mandat

Bien que la nouvelle équipe s'attaquera au proxénétisme dans son ensemble, une « attention particulière » sera portée aux mineures qui tombent dans les griffes de ces réseaux, a aussi précisé M. Coiteux, en rappelant le problème des fugues de jeunes filles qui avaient braqué les projecteurs sur le Centre jeunesse de Laval l'an dernier.

Les clients de jeunes filles exploitées pourront aussi être ciblés par la nouvelle équipe intégrée.

« Une façon de remonter à ceux qui directement exploitent, contraignent des personnes, c’est souvent aussi de passer par les clients », a indiqué Martin Coiteux. « On ne peut pas exclure d’office de travailler du côté de la demande, également. »

L'enquêteur Michel Bourque de la section des crimes majeurs du SPVM a souligné que, par expérience, « les efforts investis dans la lutte contre ces formes de criminalité ont un impact positif sur l’augmentation des cas rapportés et les victimes déclarées ».

La création de cette escouade policière s'inscrit dans le cadre de la Stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer les violences sexuelles 2016-2021, qui a été dévoilée l'automne dernier par la ministre de la Condition féminine, Lise Thériault.

LIRE AUSSI:

» Plus de 100 arrestations dans une rafle contre la prostitution juvénile

» Proxénétisme: trop de répression, pas assez de prévention, dit QS

» Démantèlement d'un réseau qui vendait la virginité d'une mineure 7000 dollars



Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter