POLITIQUE

De nombreux appels à la haine sur la page Facebook de Bernard «Rambo» Gauthier

21/04/2017 06:33 EDT | Actualisé 21/04/2017 06:34 EDT
Facebook

Nicolas Lemieux a perdu un ami lors de la tuerie de la mosquée de Québec. Depuis, il ne tolère plus les appels à la violence contre les musulmans, dont un grand nombre circule sur la page Facebook de Bernard Gauthier, chef du local 791 de la FTQ-Construction sur la Côte-Nord et porte-parole du parti politique Citoyens au pouvoir du Québec.

Un texte de Luc Chartrand

M. Lemieux, originaire de Mascouche, a porté plainte à la Sûreté du Québec contre un des participants pour avoir incité « à mitrailler, à assassiner l'ensemble des musulmans et à les embarquer dans des barges et renvoyer les cadavres dans leurs pays ».

Le 4 avril, la police a procédé à l’arrestation de l’auteur présumé de cet appel au meurtre. L’individu, un résident de Laval, a été interrogé, puis relâché et la police a transmis un dossier à la Direction des poursuites criminelles et pénales (DPCP) qui déterminera si des accusations doivent être portées.

Bernard Gauthier possède deux pages Facebook personnelles, dont une dite fermée qui compte quelque 11 000 adhérents. Cette dernière page se veut indépendante du parti Citoyens au pouvoir. L’islam est un des thèmes favoris des discussions entre les membres, et le site est devenu un rendez-vous des citoyens qui pratiquent la « vigilance » envers l’islam au Québec.

Des appels à la violence envers les musulmans

Radio-Canada a pu constater que les propos haineux et violents n’étaient pas des cas isolés et que plusieurs membres de la page Facebook de M. Gauthier donnaient libre cours à des appels non voilés à tuer des musulmans. Plusieurs discussions contenaient des messages prônant leur décapitation, leur incinération ou leur passage par les armes.

Une directive signée par une « modératrice » de la page de M. Gauthier, Jo Ann Brown-Lachance, donne un certain ton aux débats : « Surtout ne pas traiter les membres de RACISTE (sic), xénophobes et islamophobes! Ces mots n’existent pas! Ce sont une invention des médias! LIBRE EXPRESSION À TOUS. »

Bernard Gauthier a également une page Facebook ouverte à tous, qui compte 15 000 membres. Celle dont nous parlons ici est un groupe privé auquel 11 000 personnes ont adhéré.

Le directeur du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence, Herman Deparice-Okomba, se dit « sidéré » par le nombre et la virulence des propos, qualifiant cette page Facebook de « pépinière » de radicalisation.

« On parle de tout ce qui est identifié dans le Code criminel, notamment l’article 319 [sur l’incitation publique à la haine]. Il s’agit de personnes qui encouragent directement à agresser et qui encouragent l’utilisation des armes à feu. C’est clair dans ce cas-ci qu’on a affaire à des personnes très dangereuses pour la sécurité publique, selon M. Deparice-Okomba. Il y a toujours des loups solitaires qui vont être sensibles à ce genre de discours. »

D'après l’avocat-criminaliste Walid Hijazi, le détenteur d’un site web ou d’une page Facebook est responsable du contenu qu’il diffuse, une responsabilité qui pourrait aller jusqu’à la complicité dans le cas de propos violant un article du Code criminel. Mais, précise-t-il, « il faut un élément d’intention, il faut que la personne qui héberge ces propos-là le fasse en toute connaissance de cause. »

LIRE AUSSI:

» Bernard «Rambo» Gauthier dévoile son salaire

» «Rambo» Gauthier: mais qui garde le chien de garde?

» Bernard «Rambo» Gauthier et le monde ordinaire écœuré


La réponse de Bernard « Rambo » Gauthier

De son côté, Bernard Gauthier écrit sur la page Facebook que les modérateurs de ses pages « font un travail exceptionnel pour vérifier et essayer de contrôler tout! » Le 10 avril, à la suite de notre appel téléphonique, il écrit : « apparemment qu’il aurait des propos haineux ou quelques choses du genre sur mes pages personnelles ».

M. Gauthier s’est excusé en annonçant vouloir cette journée-là « commencer un ménage pour rechercher et supprimer tous ces dits commentaires ». Il a par ailleurs refusé notre demande d’entrevue, venue selon lui « d’journaleux assoiffé de sensations » et en insistant sur le caractère « personnel » de sa page.

Espace privé ou public?

« Pour moi, ce n’est pas une page personnelle, encore moins une page privée, dit Herman Deparice-Okomba. Avec 11 000 membres, on est dans un espace de discussion public. Et là-dessus, il [Bernard Gauthier] a une part de responsabilité. »

Le président de la FTQ-Construction, Yves Ouellet, a aussi communiqué avec Bernard Gauthier pour lui faire part de sa préoccupation, car selon lui, M. Gauthier est aussi dans l’esprit du public le visage de la FTQ-Construction sur la Côte-Nord.

Voir aussi:


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter