NOUVELLES

Essence: les Canadiens devront s'habituer à des prix élevés pour l'été

15/04/2017 05:25 EDT

Les automobilistes ont subi coup sur coup deux hausses du prix de l'essence cette semaine, juste à temps pour le week-end de Pâques. Des prix qui pourraient rester élevés tout l'été en raison de la demande.

Un texte de Michel Marsolais

Comme chaque printemps, les automobilistes canadiens passent par le même rituel : enlever les pneus d'hiver et payer plus cher pour faire le plein.

Pour les prochains mois, les Canadiens devront s’attendre à des prix plus élevés qu'à l'habitude.

« La tendance à moyen terme est probablement à la hausse parce que, présentement, on a des prix du brut relativement bas », explique Charles Séguin, professeur de sciences économiques à l’École des sciences de la gestion de l’UQAM.

« Si cette vigueur-là est aussi forte que certains le prétendent, il y aura des pressions haussières sur les prix », prévoit aussi Carol Montreuil, vice-président de l’Association canadienne des produits pétroliers.

Les raisons évoquées par l'industrie pour expliquer la hausse des prix de l'essence sont bien connues.

Carol Montreuil évoque notamment le ralentissement de l’activité des raffineries au printemps et les ajustements du produit.

« Les essences d'hiver passent aux essences d'été. Ce sont de nouvelles essences. Ça coûte plus cher de les fabriquer, donc il y a un impact par rapport à ça. Par contre, ce qui vient s'ajouter en termes de facteur important cette année, c'est la demande américaine. Les gens l'oublient, mais la reprise économique est réelle aux États-Unis et on le voit. Les ventes de SUV explosent littéralement. Les gens conduisent plus », dit-il.

Des facteurs locaux

L'industrie fait valoir que c'est le marché international qui détermine le prix. Pourtant, certains facteurs de hausse sont bien locaux.

« Ces choses-là, normalement, s'expliquent peu par les variations des prix du brut. Le prix du brut, ça prend du temps avant que ça arrive au détail. [Cela] fait que les variations qu'on observe au quotidien sont plus dues à la structure de marché des détaillants d'essence. Il y a un peu un phénomène de collusion implicite », estime Charles Séguin.

Sur la planète, les variations du prix à la pompe sont énormes. Au Vénézuéla ou en Iran, le litre d'essence est vendu à moins de 60 ¢, tandis qu'en Norvège, il est de plus de 2,40 $.

Selon une étude de Bloomberg sur le prix de l'essence, le Canada se classe au 17e rang sur 61 pays, avec une moyenne de 1,24 $ le litre. Les États-Unis arrivent au 12e rang avec une moyenne de 90 ¢ le litre.

Les Canadiens ne sont pas ceux qui paient l'essence le plus cher, mais ils dépensent une bonne part de leur budget pour faire le plein, en partie parce qu'ils utilisent beaucoup la voiture et qu'ils achètent des modèles peu économiques.

LIRE AUSSI:

» Bombardier reporte jusqu'en 2020 une partie de la hausse salariale

» Quelque 200 citoyens manifestent contre les hausses des dirigeants de Bombardier

» Le PQ demande à Philippe Couillard de forcer la main de Bombardier


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter