DIVERTISSEMENT

Vues d'Afrique: pour rire, refléchir et découvrir de jeunes cinéastes

14/04/2017 09:12 EDT | Actualisé 14/04/2017 09:20 EDT
UniFrance

C'est vendredi que débute le 33e Festival international de cinéma Vues d'Afrique. Comme tous les ans, l'événement montréalais présente des films dont les thèmes touchent les pays africains et caribéens, en plus de donner une vitrine aux réalisateurs issus de ces régions du monde.

Un texte de Valérie-Micaela Bain

La responsable de la programmation, Gisèle Kayembe, croit qu’au fil des ans, le festival a permis de mettre à mal les clichés.

«On est un peu fatigués de toutes ces présentations avec ces petits gamins au ventre prohéminent avec des mouches un peu partout. Ce festival essaie de montrer l’Afrique dans son ensemble, avec ses déboires évidemment, avec ses guerres, mais il n’y a pas que ça.» - Gisèle Kayembe

Une panoplie de films

La programmation compte 105 films - des longs et courts métrages de fiction, ainsi que des documentaires provenant de 37 pays. Le film d’ouverture : La main de Fadma, du réalisateur marocain Ahmed El Maamouni. D’ailleurs, le Maroc est mis à l’honneur cette année.

Une scène du film « La Main de Fadma » Photo : Gracieuseté Vues d'Afrique

Les cinéphiles auront l’occasion d’échanger avec les acteurs et des cinéastes invités à Montréal pour le festival. La princesse Esmeralda de Belgique, qui a coécrit le documentaire Virunga, de l’espoir pour tout un peuple avec le réalisateur Nicolas Delvaux, sera ainsi présente.

Plusieurs films comme le documentaire Boko Haram : les origines du mal abordent des thèmes sérieux, mais le festival présentera également des comédies, comme Bienvenue au Gondwana, de l’humoriste et réalisateur nigérien Mamane, et Il a déjà tes yeux, du Martiniquais Lucien Jean-Baptiste.

Un festival pour faire ses premiers pas

Vues d’Afrique est aussi une porte d’entrée pour les jeunes réalisateurs qui font leurs premiers pas dans le métier. « C’est peut-être des films qui n’auraient jamais la chance de passer à Cannes ou d’être vus dans d’autres festivals, ici à Montréal ou ailleurs, mais Vues d’Afrique donne la possibilité aux cinéastes de se présenter à travers leurs œuvres et de se faire connaître », explique Gisèle Kayembe.

C’est le cas d’Emery Noudjiep Tchemdjo, qui dévoile aux Québécois sa toute première réalisation, Centrafrique, l’industrie de la rébellion. Cette présence lui « permet d’avoir une visibilité comme ressortissant de l’Afrique, puis de faire la transition vers du cinéma un peu plus […] professionnel, plus large au Québec », explique le réalisateur d’origine camerounaise.

Le festival international de cinéma Vues d’Afrique se déroule du 14 au 23 avril.

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 10 films les plus chers tournés au Maroc