La Laiterie de Coaticook populaire jusque dans les sous-vêtements!

Publication: Mis à jour:
LINGERIE
Photo : Facebook/Théa Jubinville
Imprimer

Les inconditionnels de la crème glacée de la Laiterie de Coaticook peuvent maintenant affirmer leur amour de la chose d'une nouvelle façon : en portant des sous-vêtements affichant la marque du célèbre fabricant de produits laitiers des Cantons-de-l'Est. C'est la compagnie UNDZ qui a mis en marché, il y a quelques semaines, un caleçon boxeur où le logo de la laiterie est mis bien en évidence.

« C'est une connaissance de la famille [qui travaille pour UNDZ] qui nous a demandé la permission d'utiliser notre logo. Au début, nous n'étions pas chauds à l'idée. Nous avons finalement dit oui pour une quantité limitée pour voir ce que ça donne. On m'a eu par les sentiments. J'aime ça. C'est une bonne approche marketing », raconte en riant le propriétaire la Laiterie de Coaticook, Jean Provencher.

Pour l'instant, moins de 10 000 boxers aux couleurs de la Laiterie de Coaticook ont été fabriqués. Tous ont été vendus en moins de deux semaines, non seulement au Québec, mais également en Californie, aux États-Unis. « Même l'entreprise est impressionnée de la vitesse à laquelle c'est sorti. Coaticook a une notoriété même sur les bobettes! Ça nous permet de voir si ça peut mener à des projets dans le même sens. C'est un essai. On verra le résultat. »

Sur le sous-vêtement, on voit des vaches sur un fond rose et bleu. « C'est certain que si nous avions eu à le dessiner, ça n'aurait pas été notre concept. Mais c'est le leur, c'est ce qui a accroché Simons. Il faut respecter ce que les gens veulent. C'est différent. » Si la Laiterie de Coaticook poursuit l'aventure avec d'autres sous-vêtements, M. Provencher assure que son équipe sera derrière le design. « Ça pourrait être dans une campagne de financement. On réfléchit à tout ça. »

C'est l'fun de voir que même sur des sous-vêtements, Coaticook sort bien!

Jean Provencher, propriétaire de la Laiterie de Coaticook
L'entreprise de Coaticook ne retire pas un sou de l'expérience. « On n'a pas de bénéfices monétaires. J'ai reçu quelques paires de bobettes, mais le but n'était pas de faire un coup de marketing. C'est un petit clin d'oeil. On n'avait aucune idée de ce dans quoi on s'embarquait. »

À VOIR AUSSI

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Ces décolletés de stars
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction