DIVERTISSEMENT

Antoine Bertrand: «Non, je ne cartonne pas en France!»

10/04/2017 09:12 EDT | Actualisé 10/04/2017 09:12 EDT
Les Films Séville

Depuis qu’il accumule les tournages chez nos cousins français, Antoine Bertrand attire l’attention des médias. Pourtant, l’acteur se dit très heureux au Québec et n’a pour l’instant aucune intention d’entamer une nouvelle carrière outre-Atlantique.

La sortie vendredi dans nos salles du film Demain tout commence, dans lequel Antoine Bertrand donne la réplique au chouchou des Français Omar Sy, a véritablement mis le grand gaillard de 39 ans sous le feu des projecteurs. En entrevue, il a tout de même tenté de calmer les attentes.

«Non, je ne "cartonne" pas en France comme j’ai pu le lire récemment dans les journaux, a-t-il déclaré. J’ai fait deux films qui ont bien marché, mais personne ne me reconnaît là-bas. De toute façon, je n’ai pas l’ambition de m’installer à Paris. Ma vie est ici et je ne manque pas d‘ouvrage. Je considère mon expérience cinématographique en France comme une cerise sur le sundae

«Demain tout commence» de Hugo Gélin

Aux yeux du comédien, les médias québécois ne sont pas avares de superlatifs lorsqu’il s’agit de suivre la carrière internationale d’un artiste au risque d’enfler la réalité. «Cela en dit long sur nous, a-t-il ajouté. Pourquoi faut-il toujours chercher la validation des autres? On doit se décomplexer, car on a toutes les raisons d’être fiers de ce que l’on fait au Québec sans avoir à regarder ce que l’on pense de nous à l’étranger.»

C’est d’ailleurs avec un long métrage québécois qu’Antoine Bertrand s’est fait remarquer dans l’Hexagone. Sa bonhommie et son physique imposant ne sont pas passés inaperçus au sein d’un milieu toujours en quête de nouveaux visages. «Les deux réalisateurs français qui ont voulu travailler avec moi ont vu Starbuck lors de sa sortie en 2012. La comédie de Ken Scott a très bien marché auprès du public français. C’est drôle de voir que j’en récolte les fruits cinq ans plus tard.»

Charisme

Et la récolte commence à être bonne, puisque l’acteur, qui a déjà tourné deux longs métrages en France (Demain tout commence et Le petit locataire), entame une autre participation, cette fois dans la prochaine comédie dramatique de Marion Laine mettant en vedette Juliette Binoche. «Si tout va bien, je devrais commencer le tournage en octobre prochain. Je vais interpréter un Corse, mais le scénario n’est pas encore figé. Il se peut que mon personnage soit finalement un Québécois.»

En attendant, le film Demain tout commence de Hugo Gélin met en scène Samuel (Omar Sy), un célibataire sans attache qui se retrouve avec un bébé sous les bras après qu’une de ses conquêtes d’un soir lui apprend qu’il est papa. Huit ans plus tard, la mère revient dans le décor pour récupérer son enfant, mais entretemps, des liens forts se sont tissés entre la fille et son père.

«J’interprète un producteur qui vient en aide à Samuel lors de l’arrivée à Londres, raconte Antoine Bertrand. J’adore ce genre de rôle de soutien où je me retrouve à accompagner le personnage principal tout au long du récit.»

Le cinéaste Hugo Gélin, rencontré à Paris en janvier dernier lors des Rendez-vous du cinéma français, décrit la présence d’Antoine Bertrand de magnétique. «Pour se tenir en face d’Omar Sy, il me fallait un acteur charismatique qui ne soit pas facilement impressionnable. Quand j’ai rencontré Antoine, j’ai tout de suite su que c’est lui qu’il me fallait. J’étais ravi de voir que ce duo fonctionnait à merveille.»

Charmé par l’acteur québécois, le réalisateur a su plus tard qu’Antoine avait joué dans l’adaptation théâtrale d‘Intouchables. «Ces deux hommes partagent une même vision sur la vie. Sur le plateau de tournage, ils ont connecté sur-le-champ. Ils possèdent le même sens de l’humour, alors il y a aussi eu beaucoup de rigolade.»

Demain tout commence – Comédie dramatique – Les Films Séville – 118 minutes – Sortie en salles le 7 avril 2017 – France, Grande-Bretagne.

LIRE AUSSI :

» Découvrez les premières images de la nouvelle version de «Dirty Dancing»

» Cette scène du dernier «Star Wars» est passée au pire moment pour Trump

» Le réalisateur de «Paul à Québec» fait revivre La Bolduc

À voir également :