POLITIQUE

Vers une fusion de Québec solidaire et d'Option nationale

24/03/2017 04:50 EDT | Actualisé 24/03/2017 04:51 EDT
Radio-Canada

Radio-Canada a appris que les dirigeants de Québec solidaire (QS) et d'Option nationale (ON) ouvrent la porte à une fusion des deux partis souverainistes. Cette fusion pourrait survenir dès l'automne prochain, après une période de négociations formelles.

Un texte de Sébastien Bovet

Les dirigeants de Québec solidaire et d’Option nationale estiment que le moment est venu d’étudier sérieusement une fusion. Selon eux, la division du vote indépendantiste freine leur projet et il est essentiel de regrouper les souverainistes du Québec.

«Pour moi c'est vraiment rafraîchissant de penser qu'on va unir nos forces. Ce sont des militants, des battants sur la question de la souveraineté, et à Québec solidaire, cet ajout-là, pour nous, c'est un cadeau, c'est un cadeau du ciel.» - Manon Massé, porte-parole par intérim de Québec solidaire

La résolution de Québec solidaire

Au congrès des membres de Québec solidaire, du 19 au 22 mai, les militants devront se prononcer sur cette résolution.

  • Que QS entame des discussions avec ON en vue d’une fusion;
  • Qu’un rapport d’étape soit transmis aux instances de QS en septembre 2017;
  • Que la décision quant à la fusion soit tranchée au congrès de l’automne 2017;
  • Dans ce processus de discussion menant à la fusion, QS s’engage à discuter dans ses instances du développement des campagnes politiques sur l’indépendance du Québec et les moyens d’y accéder.

Manon Massé voit la probable négociation à venir comme une démarche visant à intégrer Option nationale à Québec solidaire. D’ailleurs, si la fusion se matérialise, le nom de Québec solidaire restera.

« Le Québec auquel nous aspirons, il est porté par Québec solidaire, alors réinventons pas la roue, embarquons dans ce véhicule là qui a déjà fait ses preuves », ajoute Manon Massé.

La fusion, oui, mais à une condition

Le chef d’Option nationale, Sol Zanetti, est aussi ouvert à la fusion. Il rappelle que depuis sa fondation, son parti est en faveur du regroupement des forces souverainistes. Dans le contexte actuel, il soutient toutefois qu’une alliance n’est possible qu’avec Québec solidaire. L’engagement du chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, de ne pas tenir de référendum avant 2022 déplaît à Option nationale et rend une alliance impossible.

Mais la fusion avec Québec solidaire passe par une condition essentielle et incontournable : les solidaires doivent être plus affirmatifs dans leur volonté de faire l’indépendance.

«Option nationale a toujours été ouvert à faire une alliance nécessaire entre tous les indépendantistes autour d'un engagement clair de faire l'indépendance du Québec. Nous c'est clair, on veut un engagement clair à faire l'indépendance, ce serait pour nous inutile et vain de faire des compromis là-dessus.» - Sol Zanetti, chef Option nationale

Un message pour le Parti québécois

Le poids politique d’Option nationale est très limité. Le parti compte au plus 2000 membres et a obtenu moins de 1 % du vote aux dernières élections générales.

Mais l'éventuelle fusion avec Québec solidaire, l'automne prochain, aurait une valeur symbolique. Elle enverrait le message au Parti québécois que la convergence souverainiste est possible pourvu que la volonté aille au-delà du discours.

Des efforts de rapprochements ont été tentés entre Québec solidaire et le Parti québécois au cours des derniers mois, mais sans succès. Le PQ a même présenté sa décision de ne pas nommer de candidat dans la circonscription de Gouin, laissée vacante par le départ de Françoise David, comme un geste de bonne volonté.

Des tensions publiques sont alors apparues entre les deux partis, Québec solidaire estimant que la démarche du PQ était superflue puisque la circonscription ne devrait pas passer aux mains des libéraux. La décision des dirigeants de Québec solidaire de tenter une fusion avec Option nationale laisse entendre qu’une alliance, même ponctuelle, avec le Parti québécois rencontre de la résistance dans chacun des partis.


VOIR AUSSI:


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter