POLITIQUE

M-103: la motion sur l'islamophobie adoptée à la Chambre des communes

23/03/2017 04:32 EDT | Actualisé 24/03/2017 12:39 EDT

OTTAWA – Une motion qui vise à condamner l’islamophobie a été adoptée à 201 voix contre 91 à la Chambre des communes, jeudi après-midi.

Tous les députés libéraux, néo-démocrates ainsi que la chef du Parti vert, Elizabeth May, se sont levés pour appuyer la motion de la libérale Iqra Khalid.

Le Parti conservateur du Canada – sauf le candidat à la direction Michael Chong, qui a dérogé à la ligne de parti – et le Bloc québécois ont pour leur part voté contre.

iqra khalid

Le Comité permanent du patrimoine canadien entreprendra donc des études pour tenter de trouver une approche pangouvernementale afin d’éliminer les formes de discriminations fondées sur le racisme et la religion.

Les conservateurs estimaient que le terme « islamophobie » devait être mieux défini afin de pouvoir l’appuyer. Une suggestion qu’avait également faite l’ancien ministre libéral de la Justice, Irwin Cotler.

Le député conservateur de Louis-St-Laurent, Gérard Deltell, estime que M-103 était une manœuvre partisane de la part des libéraux. Ces derniers ont refusé d’amender leur motion pour éviter de la « diluer » selon leurs dires.

« Écoutez, lorsqu’il est question d’islamophobie, c’est très difficile à définir exactement et ça peut porter atteinte, à un certain degré, à la liberté de parole », a-t-il dénoncé, après le vote.

LIRE AUSSI: Islamophobie: le dialogue de sourds se poursuit à Ottawa

Les bloquistes, de leur côté, n’étaient pas d’accord avec le fait qu’il y a un « climat de peur et de haine » au Canada, tel qu’indiqué dans M-103.

« Le gouvernement essaie d’instrumentaliser ça pour faire de la récupération politique et ça, on n’embarque pas là-dedans », a déclaré le chef parlementaire Xavier Barsalou-Duval, qui accuse les libéraux de mettre « de l’huile sur le feu » en « exagérant » la réalité.

Mme Khalid, pour sa part, était heureuse de voir que sa motion a été adoptée à majorité. Mais elle n'a pas voulu expliquer pourquoi elle s’est refusée à tout amendement afin d'avoir l'appui de tous les partis.

Devant la controverse soulevée par M-103 dans les dernières semaines, le jeu en valait-il la chandelle au final? Le député libéral de Mont-Royal, Anthony Housefather, croit que oui.

« Je pense que la politisation de cette affaire est regrettable, mais l’intention était bonne, dit-il. Je suis confiant que le Comité du patrimoine va proposer de bonnes idées pour combattre le racisme, la xénophobie et le sentiment antireligieux au Canada. »

Voici le libellé de la motion adoptée:

Que, de l’avis de la Chambre, le gouvernement devrait :

a) reconnaître qu’il faille endiguer le climat de haine et de peur qui s’installe dans la population;

b) condamner l’islamophobie et toutes les formes de racisme et de discrimination religieuse systémiques et prendre acte de la pétition e-411 à la Chambre des communes, ainsi que des problèmes qu’elle a soulevés;

c) demander que le Comité permanent du patrimoine canadien entreprenne une étude sur la façon dont le gouvernement pourrait

(i) établir une approche pangouvernementale pour la réduction ou l’élimination du racisme et de la discrimination religieuse systémiques, dont l’islamophobie, au Canada, tout en assurant l’adoption de politiques fondées sur les faits, qui soient d’application globale et axées sur la communauté,

(ii) recueillir des données pour contextualiser les rapports sur les crimes haineux et pour évaluer les besoins des communautés touchées; le Comité devrait présenter ses conclusions et ses recommandations à la Chambre dans les 240 jours civils suivant l’adoption de la présente motion, pourvu que, dans son rapport, le Comité devrait formuler des recommandations que pourra appliquer le gouvernement afin de mettre davantage en valeur les droits et libertés garantis dans les lois constitutionnelles, y compris la Charte canadienne des droits et libertés.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les faits saillants du budget fédéral 2017