POLITIQUE

Budget Morneau: les libéraux fédéraux ne comprennent pas les inquiétudes de Québec

23/03/2017 07:32 EDT | Actualisé 23/03/2017 10:34 EDT

OTTAWA – Certains des 40 députés libéraux du Québec sont étonnés de voir que le gouvernement Couillard est « extrêmement déçu et préoccupé » par le budget Morneau.

« Je ne m’explique pas le mécontentement de Québec! Je ne sais pas s’ils ont lu le même budget que moi », s’est exclamé Denis Paradis, député de Brome-Missisquoi.

Le président du Conseil de trésor du Québec, Pierre Moreau, a déploré mercredi l’absence d’un « signal clair » de la part du fédéral pour financer les grands projets d’infrastructures du Québec, comme le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal, le Réseau électrique métropolitain (REM) ou encore le service rapide par bus (SRB) de Québec.

bill morneau justin trudeau

« J’ai de la misère à me l’expliquer, a déclaré Marie-Claude Bibeau, ministre du Développement international. Il n’y a pas de projets spécifiques qui sont nommés pour les autres régions du Canada non plus. »

L’élue de Compton-Stanstead fait valoir que le budget fédéral de M. Morneau dresse des « orientations, des engagements sur des thématiques ». « Ensuite de ça, on va discuter pour les projets spécifiques », dit-elle.

« Notre main est tendue et j’espère que Québec va la prendre »
— Mélanie Joly

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, se dit pour sa part « très fière » du budget fédéral présenté cette semaine. Elle croit toutefois que la balle est dans le camp de Québec pour faire avancer ses projets d’infrastructures avec les fonds du fédéral.

« En tant que Montréalaise, je suis très contente de voir que la ligne bleue était un engagement électoral pour nous, on adore le projet du REM et on appuie aussi le projet du SRB à Québec. Mais la réalité, c’est qu’il faut que les projets soient présentés par Québec », a fait valoir la ministre.

« Notre main est tendue et j’espère que Québec va la prendre. »

Justin Trudeau parle d'un «jeu»

De passage à Toronto, jeudi, le premier ministre Justin Trudeau s’est moqué de l’attitude du gouvernement du Québec, qui ne manque pas une occasion de brandir les principes de fédéralisme asymétrique.

« Si j’avais dit comment ça va se faire et exactement comment on allait tout faire, ils auraient dit : "Oh mon Dieu, non, ce n’est pas à vous de décider ça, c’est à nous de le faire!" » a lancé M. Trudeau, lors d’une conférence de presse.

« Je comprends le jeu qui se joue, mais nous, on est très, très fiers d’être là pour investir comme partenaire dans les grands projets qui sont prioritaires pour le Québec », a poursuivi le premier ministre.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a répondu qu’il n’était pas question pour sa province de choisir entre les trois projets prioritaires. Il s’attend à ce qu’Ottawa finance tant la ligne bleue, que le REM et le SRB.

« Moi, je suis tout à fait confiante qu’on va poursuivre dans cette belle collaboration-là »
— Marie-Claude Bibeau

La ministre Bibeau dit que le fédéral a démontré, dans la dernière année, qu’il pouvait s’entendre avec les autres paliers de gouvernements pour faire avancer des projets d’infrastructures ou encore pour conclure une entente en santé.

« La preuve est faite qu’on peut s’entendre – avec le programme de santé, même! Moi, je suis tout à fait confiante qu’on va poursuivre dans cette belle collaboration-là. »

Denis Paradis est lui aussi optimiste pour la suite des choses. « Regardez comment ça a pris du temps pour Bombardier. Ça a pris du temps, mais la réponse est venue quand même! »

VOIR AUSSI:

INOLTRE SU HUFFPOST

Les faits saillants du budget fédéral 2017