Tour à bord de l'hélicoptère TVA: Labeaume a été «très imprudent», dit l'opposition

Publication: Mis à jour:
LABEAUME
Radio-Canada
Imprimer

L'opposition à l'hôtel de ville de Québec croit que le maire Régis Labeaume a été « très imprudent » en effectuant un tour à bord de l'hélicoptère TVA en compagnie du président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau.

Un texte de Louis Gagné

Le conseiller municipal Paul Shoiry soutient que le maire doit garder « une saine distance » avec les différents partenaires de la Ville. Cela inclut selon lui le PDG de Québecor, qui a obtenu le contrat de gestion du Centre Vidéotron. Québecor est également propriétaire de Gestev, une firme spécialisée dans l’organisation d’événements qui a de nombreux partenariats avec la Ville de Québec.

« Que ce soit TVA ou le Complexe capitale hélicoptère, qui appartient à un riche propriétaire immobilier qui a des développements, il y a des interactions entre la Ville et les élus de la Ville […] qui peuvent toucher directement ou indirectement ces corporations-là, alors il faut qu’il y ait une saine distance pour s’assurer qu’il n’y a aucune influence », a plaidé l’élu de Démocratie Québec.

«Au niveau des apparences, des perceptions et de l’éthique, je pense que c’est problématique, à mon avis […] Il a été très imprudent.»

- Paul Shoiry, conseiller municipal, Démocratie Québec

« Des milliers de dollars »

Régis Labeaume est monté à bord de l’hélicoptère TVA le week-end dernier afin de survoler le site des plaines d’Abraham, qui accueillait les finales de la Coupe du monde de ski de fond. Pierre Karl Péladeau a publié sur son compte Twitter une photo de lui en compagnie de M. Labeaume et du pilote de l’appareil, Michel Careau.

Selon Paul Shoiry, un tour d’hélicoptère comme celui qu’a effectué le maire de Québec peut coûter « des milliers de dollars ». Il rappelle que les élus ont l’obligation de déclarer tout présent ou faveur de plus de 200 $.

« À la formation qu’on a eue en novembre 2013 par les avocats de la Ville spécialistes en éthique et sur le règlement éthique des élus municipaux, ils nous ont mis en garde et nous ont dit qu’on ne doit aucunement accepter des faveurs ni des cadeaux de quiconque et si on le fait, on doit le déclarer », a-t-il dit.

« Gang de cheap »

À un journaliste de Radio-Canada qui lui demandait si le tour qu’il a effectué à bord de l’hélicoptère TVA pouvait projeter une image de trop grande proximité entre la Ville et Québecor, Régis Labeaume a soutenu qu’il ne fallait y voir aucune marque de favoritisme.

« Achetez-vous en un hélicoptère Radio-Canada, j’embarquerai dedans avec plaisir. Achetez-vous donc un hélicoptère gang de cheap, puis on va faire un beau tour d’hélicoptère puis je vais y aller. Le problème, c’est que vous n’avez pas d’hélicoptère. Si vous en aviez un, je serais embarqué avec vous autres avec plaisir », a lancé le maire.

L’attaché de presse du maire, Paul-Christian Nolin, a apporté quelques précisions en soirée sur le vol effectué par M. Labeaume.

« La Ville songe à accueillir d'autres épreuves de ski de fond en 2019. Québecor est un partenaire. Le maire a accepté l'offre de M. Péladeau de monter à bord de l'hélicoptère TVA pour explorer les possibilités de parcours du haut des airs », a expliqué M. Nolin.

Avec les informations d’Olivier Lemieux

VOIR AUSSI:

Close
Régis Labeaume en 10 faits saillants
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter