DIVERTISSEMENT

Éric Duhaime fait son «coming out» et s'attaque aux «lobbys gays»

20/03/2017 11:03 EDT | Actualisé 21/03/2017 12:00 EDT

Éric Duhaime a fait l'annonce «la plus importante de [sa] carrière» sur les ondes du FM93 lundi matin. L'animateur a dévoilé son homosexualité, un aspect de sa vie sur lequel il ne s'était jamais exprimé publiquement.

Son annonce précède la sortie de son livre La fin de l’homosexualité et le dernier gay, en librairie cette semaine.

LIRE AUSSI

»«La fin de l'homophobie et le dernier gay»: Jasmin Roy répond aux propos d'Éric Duhaime (VIDÉO)

»9 citations coup de poing du dernier livre d'Éric Duhaime

»Le populisme signé Éric Duhaime - Jasmin Roy (BLOGUE)


«Ben oui, je suis gay. Et puis après?» lance d'emblée Duhaime dans son ouvrage.

eric duhaime

En ondes, Éric Duhaime a estimé que «le Québec est un endroit très ouvert, un de ceux qui acceptent le plus les minorités.». Selon lui, le mouvement pour l'égalité des gays n'a plus raison d'être. «La bataille a été gagnée», affirme Éric Duhaime.

«Je ne suis pas une victime»
— Éric Duhaime

Il a également expliqué qu'il n'avait pas senti le besoin de parler de son orientation sexuelle auparavant.

«Je n’ai pas envie que les gens me regardent à partir de la personne avec qui je baise. Je suis francophone, je suis de droite, je suis catholique, j’ai plein de caractéristiques qui me définissent. L’orientation sexuelle, en 2017, ce n’est pas la caractéristique qui doit te définir.»

eric duhaime

Éric Duhaime

Comme l'a fait remarquer son coanimateur Bernard Drainville, son annonce a rapidement pris une tournure politique. Éric Duhaime n'a pas hésité à lancer une pointe aux «lobbys gays», dont les luttes ne sont plus d'actualité, selon lui.

«Je ne suis pas une victime. Ça ne m’a pas nui. Je ne me sens pas discrédité, intimidé ou quoi que ce soit. Toutes les victimes ont ma sympathie, mais ce ne sont pas tous les gays qui sont des victimes», a-t-il affirmé.

Lire aussi

» L'épidémie de la solitude gaie


«Il y a un lobby très structuré au Québec et ces gens-là ont intérêt à créer une industrie de la victime», a-t-il également lancé, en réponse à une demande d'entrevue reçue de la part de Jasmin Roy, qui milite activement contre l'homophobie.

Sur les réseaux sociaux, les réactions n'ont pas tardé à fuser. Plusieurs se sont montrés sceptiques des affirmations d'Éric Duhaime sur la situation des communautés LGBTQ au Québec. «J'me ferai pas planter parce que je suis gay, parce que tout le monde s'en fout en 2017 au Québec. Je vais me faire planter par un lobby qui est bien organisé», a toutefois affirmé l'animateur.







En soirée dimanche, il avait suggéré via Twitter et Facebook à ses auditeurs d'être à l'écoute, menant à d'intenses spéculations sur la nature de son annonce.