Monopoly: les nouveaux jetons qui seront dans la future version du jeu dévoilés

Publication: Mis à jour:
Imprimer

La botte, la brouette et le dé à coudre seront jetés aux oubliettes dans la nouvelle version du jeu de société Monopoly, cédant leur place à des jetons incarnant tour à tour un tyrannosaure rex, un pingouin et un canard.

Plus de 4,3 millions de personnes issues de 146 pays ont fait part de leurs préférences quant aux futurs jetons qu'elles préfèrent pour la nouvelle version à venir du jeu Monopoly, qui s'inspire des rues d'Atlantic City, au New Jersey.

La société détentrice du jeu de table, Hasbro, a dévoilé vendredi matin les huit jetons retenus au cours d'une consultation qui s'est déroulée sur internet. Hasbro est établie à Pawtucket, dans l'État du Rhode Island.

monopoly

Le vice-président en commercialisation pour Hasbro, Jonathan Berkowitz, s'est dit attristé de voir les jetons originaux partir, notamment le dé à coudre et la brouette, mais a souligné qu'il sera amusant de voir affluer de nouveaux adeptes de Monopoly avec les nouveaux jetons.

Soixante-quatre jetons différents étaient proposés aux internautes: un emoji, un dièse, un cellulaire sorti tout droit des années 1980 et des pantoufles en forme de lapin étaient notamment dans la course.

Le jeton en forme de terrier écossais, celui dépeignant un cuirassé et l'autre en forme de voiture de course sont ressortis vainqueurs. Une figurine de haut-de-forme et une autre de chat font aussi partie du lot des gagnants.

Le terrier écossais termine en tête, ayant récolté 212 476 votes, suivi par le tyrannosaure rex, qui en a recueilli 207 954. Le haut-de-forme arrive pour sa part troisième avec 167 582 voix.

La nouvelle version du jeu Monopoly devrait être offerte en magasin cet automne. Le jeu original remonte à 1935.

Les 10 jetons originaux représentent un fer à repasser, une bourse, une lanterne, une voiture de course, un dé à coudre, une botte, un haut-de-forme, un canon et un cheval en bascule.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter