POLITIQUE
10/03/2017 12:53 EST | Actualisé 10/03/2017 12:58 EST

Le PQ invite Nadeau-Dubois à se montrer plus «parlable»

Le Parti québécois, qui préfère voir un possible allié en Gabriel Nadeau-Dubois, l'a invité à adopter un ton plus rassembleur à l'avenir. Il lui a reproché d'avoir lui-même sombré dans la vieille politique en lançant des accusations quand il a annoncé son intention de briguer l'investiture de Québec solidaire dans Gouin en vue de l'élection complémentaire qui s'y tiendra. M. Nadeau-Dubois s'est ensuite expliqué sur Facebook.

Un texte de Bernard Barbeau

L’ancien leader étudiant associé au printemps érable de 2012, qui compte également briguer un des deux postes vacants de porte-parole de QS, a déclaré jeudi que le moment est venu de se débarrasser des politiciens qui ont « trahi le Québec » au cours des 30 dernières années.

Il visait en particulier les gouvernements libéraux et péquistes qui se sont succédé à Québec.

LIRE AUSSI:

» GND le chef solidaire (BLOGUE)

» Québec solidaire «est le seul parti où je suis chez moi», dit Gabriel Nadeau-Dubois

Pour lui répondre, le PQ a délégué vendredi, à Montréal, deux de ses jeunes canons, soit Catherine Fournier, députée de Marie-Victorin, et Paul St-Pierre Plamondon, conseiller spécial de Jean-François Lisée.

« On a été quand même passablement déçus du ton qui a été employé par M. Nadeau-Dubois [...] un ton qui n’était pas rassembleur », a affirmé Mme Fournier, tout en saluant l’arrivée en politique active d’un jeune homme pour qui elle a « beaucoup d’estime ». Elle a elle-même participé au mouvement étudiant de 2012.

«Ça pouvait tendre vers un discours sans nuance, du style d’un plus vieux politicien.» - Catherine Fournier, députée péquiste de Marie-Victorin

Le PQ est en discussion avec QS et Option nationale en vue d’un rapprochement dont la forme reste à définir. Catherine Fournier et Paul St-Pierre Plamondon ont donc gardé la main tendue.

« On rappelle que la division du vote est largement responsable d’une situation déplorable sur le plan démocratique au Québec, a souligné M. St-Pierre Plamondon. Donc, indépendamment du changement de garde à Québec solidaire, nous, on maintient le cap parce que c’est ça que les gens nous disent de faire et c’est ça être progressiste également. C’est de s’assurer que les progressistes et les souverainistes soient au pouvoir en 2018, qu’on n’ait pas encore un autre mandat libéral parce qu’on a pas été capables de se parler. »

«Ce serait un peu ironique que l’un des instigateurs de [l’initiative citoyenne] Faut qu’on se parle ne soit pas parlable sur une question aussi fondamentale que la convergence entre le PQ et les autres formations progressistes et souverainistes.» -Paul St-Pierre Plamondon, conseiller spécial du PQ

En mêlée de presse à Saguenay, le premier ministre Philippe Couillard a abondé dans le même sens, estimant que les déclarations de M. Nadeau-Dubois n’ont « pas de sens » et « n’aident pas le débat démocratique ».

«En politique, on a plus avantage à se respecter les uns les autres et partir comme prémisse du fait qu'on veut tous le mieux pour le Québec.» - Philippe Couillard, premier ministre libéral

« M. Nadeau-Dubois va probablement lui-même vouloir clarifier ses propos », a-t-il prédit.

Gabriel Nadeau-Dubois rejoint Québec solidaire


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter