POLITIQUE

Carte électorale: la circonscription de Sainte-Marie-Saint-Jacques maintenue (VIDÉO)

02/03/2017 08:27 EST | Actualisé 02/03/2017 12:33 EST

La circonscription montréalaise de Sainte-Marie-Saint-Jacques ne disparaîtra finalement pas de la carte électorale du Québec, a confirmé jeudi la Commission de la représentation électorale (CRE).

Dans un communiqué publié jeudi matin, la CRE confirme qu’elle a abandonné son projet d’inclure le territoire de Sainte-Marie-Saint-Jacques, actuellement représentée par la députée de Québec solidaire Manon Massé, dans une nouvelle circonscription baptisée Ville-Marie. Le tout est confirmé dans un avis publié dans la Gazette officielle du Québec.

« Les disparités soulevées au regard des différentes communautés naturelles qui auraient composé Ville-Marie ont convaincu les commissaires de la CRE que leur vision d'une circonscription correspondant au centre-ville de Montréal, qu'ils voyaient comme porteuse et rassembleuse, n'était pas partagée par les électeurs des circonscriptions touchées », explique-t-on.

Les commissaires vont cependant de l’avant avec l’idée de créer la circonscription de Mont-Royal-Outremont, ce qui créera des maux de tête dans les rangs libéraux.

Mont-Royal est actuellement représentée par le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, tandis qu’Outremont est la circonscription de Hélène David, ministre de l’Enseignement supérieur.

Par ailleurs, et toujours sur l'île de Montréal, la circonscription de Crémazie est rebaptisée Maurice-Richard, en l'honneur du légendaire hockeyeur du Canadien de Montréal.

«Victoire du monde ordinaire»

La députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques, Manon Massé, est visiblement émue d'apprendre que sa circonscription ne disparaîtra finalement pas de la carte électorale du Québec. C'est ce qu'a confirmé jeudi la Commission de la représentation électorale (CRE).

Manon Massé affirme que les gens ont pu exprimer leurs arguments et qu’ils ont été reconnus dans leurs différences. Elle note que c’est une communauté qui existe depuis toujours et qui ne voulait pas être disloquée. « Ce n’est pas ma victoire. Moi, j’ai été une voix parmi les 4000 voix qui se sont exprimées auprès du DGE. C’est vraiment la victoire des gens de Sainte-Marie-Saint-Jacques. »

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter