BIEN-ÊTRE

«Les homophobes sont-ils des enculés?» Ce recueil répond

25/02/2017 06:45 EST | Actualisé 25/02/2017 06:45 EST
svetikd via Getty Images
Gay couple is having fun in the woods with their dog. Carrying a dog in a backpack on his back. They are happy and joyful. Enjoying a beautiful autumn day in the mountain forest.

L'homophobie, il vaut parfois mieux en rire. Avec "Les homophobes sont-ils des enculés?", ce sera chose faite. Ce livre, en partenariat avec l'association SOS Homophobie, compte bien renvoyer les insultes dans le camp de ceux qui les ont proférées les premiers.

 

C'est James Tanay, fondateur des éditions Iconovox, qui a eu l'idée de produire ce livre, un recueil de textes, chroniques, témoignages mais surtout de dessins satiriques "clairement à charge contre les homophobes". Une publication disponible à partir du 17 mai à l'occasion de la Journée internationale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, qui fait d'ores et déjà l'objet d'une campagne sur Ulule.

iconovox

Plusieurs auteurs, dessinatrices et dessinateurs participent à ce projet, parmi lesquels Jean-Luc Roméro, Guillaume Meurice, Nawak, Tignous... Ils sont plus de 50.

"J'ai été choqué par tous les 'haters' sur les réseaux sociaux, qui se permettent d'insulter les homos. Le sujet de ce livre, c'est de ne pas laisser la parole uniquement à ces gens-là", explique auprès du HuffPost James Tanay, fondateur d'Iconovox. "L'idée de ce livre c'est de retourner les insultes contre les homophobes", poursuit-il.

A grand renfort d'images volontairement provocatrices:

aurel

coco

"D'habitude, nous militons surtout par la formation, l'éducation. Nous nous sommes dit que la satire pouvait être une autre forme de militantisme, une manière de faire rire", souligne Virginie Combe, vice-présidente de SOS Homophobie, contactée par Le HuffPost.

Si les cibles d'un tel livre ne sont évidemment pas les homophobes, SOS Homophobie espère toutefois "sensibiliser les gens qui ont le même type d'humour".

Car la satire est rarement au goût de tous. Le titre du livre a d'ailleurs déjà suscité l'interrogation chez certains, comme l'ancien président de SOS Homophobie, Yohann Roszéwitch, aujourd'hui conseiller à la Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Haine anti-LGBT (Dilcrah):

Ce à quoi Virginie Combe lui a répondu, via un commentaire sur son compte Facebook: "L'idée est de sortir de ce cadre formel pour proposer une autre façon de lutter. C'est un moyen de rire ensemble, de se moquer de cette forme d'intolérance parce qu'elle est ridicule, parce qu'elle est dépassée et parfois incompréhensible (...) Il y aura des clichés dans le livre, c'est le propre des dessins satiriques. Certains clichés permettront de dénoncer des situations, d'autres pourront être un moyen de se les réapproprier."

Elle nous précise que les textes et les dessins ne sont pas imprimés tels quels dans le livre. Ils sont accompagnés d'encadrés permettant de les mettre en perspective, de les comprendre.

"Certains dessins peuvent être perçus comme homophobes, mais grossir le trait permet de créer un débat et une prise de conscience. Ce n'est pas à charge contre les homosexuels", ajoute James Tanay.

Tous les droits d'auteur des ventes sur ce livre seront reversés à SOS Homophobie. La campagne Ulule pour récolter les fonds permettant le financement de ces 192 contre l'homophobie prend quant à elle fin le 2 avril.

En attendant, découvrez ci-dessous d'autres dessins qui figureront dans ce livre:

decressal

deligne

faujour

jiho

iconovox


VOIR AUSSI: