DIVERTISSEMENT

«Animal triste»: le premier spectacle présenté dans l'édifice Wilder

23/02/2017 07:42 EST | Actualisé 23/02/2017 07:42 EST

Tout beau, tout neuf, l’édifice Wilder offre depuis mercredi Animal triste, la première production de la nouvelle saison de l’Agora de la danse. La chorégraphe Mélanie Demers y livre une réflexion sur la condition humaine hantée par son animalité.

En tentant de saisir la nature et la posture de l’homme «dans toute son humanité animale», cette création à quatre voix fait le portrait sans concession de l’individu qui tente de se libérer de sa véritable forme en organisant famille et civilisation.

Animal triste est présenté jusqu’au 25 février dans l’Espace Sullivan de l’édifice Wilder. Le bâtiment dont la rénovation a bénéficié d’un investissement de 63,1 millions de dollars du gouvernement du Québec accueille depuis peu les grandes compagnies de danse du pays. Outre L’Agora de la danse, Les Grands Ballets canadiens de Montréal, Tangente, l’École de danse contemporaine de Montréal y ont aussi posé leurs pénates.

Construit en 1918 selon les plans de l’architecte Charles R. Tetley, le Wilder a d’abord appartenu au fabricant et commerçant de meubles montréalais H. A. Wilder, qui lui a donné son nom. C’est le consortium d’architectes Lapointe Magne + AEdifica qui a signé les plans et la réalisation de la transformation de l’immeuble historique.


VOIR AUSSI: