NOUVELLES

Trois personnes ensevelies sous la neige l'ont échappé belle

21/02/2017 02:25 EST | Actualisé 21/02/2017 02:27 EST

Un résident de Lawrencetown, en Nouvelle-Écosse, qui s'est retrouvé coincé sous un éboulement de neige avec deux garçons raconte sa mésaventure en espérant que cela contribue à prévenir de possibles accidents mortels.

Steve Bayers explique qu’il s’est subitement trouvé emprisonné par un éboulement de neige avec son fils et un ami de ce dernier. Les deux garçons ont 13 ans.

M. Bayers avait construit un amoncellement de neige à l’aide de son véhicule tout-terrain équipé d’une pelle. Le but était de construire un fort.

fort neige eboulement

Cette photographie montre le fort avant que la neige ne s'écroule sur Steve Bayers et les deux garçons.

Le trio a donc creusé une caverne dans l’amoncellement de neige. Tout à coup, la neige a cédé et ils se sont retrouvés complètement coincés.

M. Bayers souligne qu’il se sentait comme si tout le poids du monde reposait sur lui. Il ne pouvait même pas bouger le bout de ses doigts.

Les deux garçons criaient de frayeur. M. Bayers leur a dit de parler sans s’arrêter afin qu’il sache qu’il n’avaient pas perdu connaissance. Il espérait qu’en restant calme, le trio survivrait jusqu’à l’arrivée de secours.

Steve Bayers ne sait pas s’il s’est écoulé 10 secondes ou 10 minutes avant qu’il sente que quelque chose tirait sur un pan de son manteau. C’était le chien de la famille, un golden retriever nommé Zoose, qui avait creusé dans la neige pour les rejoindre. M. Bayer ne sait pas si le chien a creusé 3 cm ou 60 cm pour le trouver.

Les jappements de l’animal lui ont fait comprendre qu’il était suffisamment près de la surface pour espérer se dégager. Il a d’abord réussi à bouger les doigts, créant une marge de manoeuvre pour son bras. Après bien des efforts, il s’en est sorti et il appelé à l’aide un voisin qui déblayait sa cour avec une souffleuse.

Les deux hommes et d’autres personnes qui ont entendu ses appels à l’aide ont creusé frénétiquement dans la neige pour secourir les garçons qui s’y trouvaient encore.

Steve Bayers explique qu’aucun mot ne peut décrire l’allégresse qu’il a ressentie quand ils ont dégagé les garçons.

M. Bayers souffre d’une fracture du péroné, d’une entorse au genou et de courbatures. Son fils s’en est tiré avec une légère commotion cérébrale, une douleur à l’épaule et une courbature au cou.

Il ajoute qu’il ne peut s’empêcher de penser à ce qui aurait pu se produire s’il n’avait pas été là ou si Zoose n’était pas intervenu. Les garçons n’auraient pu s’en tirer seuls, dit-il.

Steve Bayers conclut que leur dernière heure n’avait pas sonné.

Voir aussi:


Le déneigement au fil du temps à Montréal


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter