POLITIQUE

L'opposition veut l'admissibilité au crédit d'impôt à 65 ans et non 70 ans

21/02/2017 05:16 EST | Actualisé 21/02/2017 05:25 EST

Les partis de l'opposition et des représentants des aînés demandent au gouvernement Couillard de ramener de 70 à 65 ans l'admissibilité au crédit d'impôt pour l'âge et de dédommager les personnes qui n'y auront pas droit cette année.

« Les aînés parlent d’une même voix, dit le député caquiste François Paradis. On n’est plus à l’heure d’analyser l’impact [des nouvelles mesures de compensation]. On est à l’heure de réagir. »

Et pour faire réagir le ministre des Finances, Carlos Leitão, avant le prochain budget, la coalition lance une pétition sur le site de l’Assemblée nationale.

Perdre 500 $ ou «huit semaines d’épicerie»

Tant du côté des députés que des regroupements d’aînés, on déplore que le gouvernement retire un montant qui a une grande importance pour les plus vulnérables.

Cette mesure touchera, chaque année, plus de 100 000 personnes qui atteignent l’âge de 65 ans, estime Danis Prud’homme, du réseau FADOQ (anciennement Fédération de l'âge d'or du Québec). C'est plus de 500 000 personnes à terme.

«Vous savez, M. Leitão, la moitié des aînés du Québec ont un revenu de moins de 20 000 $ par année. Leur enlever 500 $, c’est leur enlever environ huit semaines d’épicerie. Je pense que vous ne connaissez pas – comme moi, d’ailleurs – la situation réelle des aînés du Québec.»

-Amir Khadir, député de Québec solidaire

D’ailleurs, les aînés sont de plus en plus nombreux à se tourner vers les banques alimentaires, rappelle Donald Tremblay, président de l’Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP). Pas moins de 12 000 d’entre eux ont fait appel à cette aide de dernier recours en 2016, selon lui.

Respect et dignité

Pour François Paradis, de la Coalition avenir Québec (CAQ), le gouvernement libéral devrait non seulement reculer, mais aussi s’excuser auprès des aînés pour leur avoir causé de l’anxiété.

Des regroupements de personnes âgées et des députés de l'opposition, dont le caquiste François Paradis, demandent au gouvernement Couillard de faire marche arrière à propos du crédit d'impôt pour l'âge.

francois paradis

Des regroupements de personnes âgées et des députés de l'opposition, dont le caquiste François Paradis, demandent au gouvernement Couillard de faire marche arrière à propos du crédit d'impôt pour l'âge. Photo : Alice Chiche

«Il y a une chose que je souhaite ne plus entendre des aînés qui viennent me rencontrer : “Monsieur Paradis, après tout ce qui se passe en santé, avec nos retraites, dans notre portefeuille, j’ai peur de vieillir.'' Je ne veux plus entendre ça.»

-François Paradis, député de la Coalition avenir Québec

Des correctifs au prochain budget, dit Philippe Couillard

Dans son budget 2015-2016, le gouvernement Couillard a entrepris d'amener progressivement le programme de crédit d’impôt en raison de l’âge à 70 ans afin de maintenir les travailleurs expérimentés sur le marché du travail.

Ainsi, les personnes qui remplissent leur déclaration de revenus cette année auront droit à un crédit d’environ 500 $ pour un revenu de 18 000 $ si elles ont au moins 66 ans, et non 65 ans comme auparavant.

Avec la levée de boucliers de la semaine dernière, Philippe Couillard a annoncé que des correctifs seraient apportés au prochain budget afin que les personnes les plus vulnérables ne fassent pas les frais des nouvelles mesures. Cela demeure vague aux yeux de l’opposition.

« Pourquoi faudrait-il le croire? », demande Harold LeBel, porte-parole péquiste en matière d'emploi, de solidarité sociale et de lutte contre la pauvreté. « Depuis 2015, il est au courant de la situation. La semaine passée, pendant trois jours, on a posé des questions et il niait le problème », souligne-t-il.

«Et aujourd’hui, on va croire [Philippe Couillard] parce qu’il nous dit qu’il apportera des mesures de compensation, sans nous dire ce que c’est? Les aînés ont raison de continuer à mettre de la pression.»

-Harold LeBel, porte-parole péquiste en matière d'emploi, de solidarité sociale et de lutte contre la pauvreté

Cette année, le gouvernement espérait obtenir 38 millions grâce à cette modification du crédit d'impôt pour l'âge. Une fois le crédit repoussé à 70 ans, c’est 287 millions que le Trésor devait récupérer à terme.

La coalition qui présente la pétition comprend le Parti québécois, la Coalition avenir Québec (CAQ), Québec solidaire ainsi que le réseau FADOQ, l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR), l’AQRP et l’Association des retraitées et retraités de l’éducation et des autres services publics du Québec (AREQ).


INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques controverses dans les CHSLD