POLITIQUE

Après les juristes, les professionnels de l'État partent en grève

15/02/2017 04:40 EST | Actualisé 15/02/2017 05:02 EST
Facebook/SPGQ

QUÉBEC – Le gouvernement Couillard n’a pas encore réglé le conflit avec les juristes de l’État que c’est au tour des professionnels de la fonction publique de lancer une grève des heures supplémentaires.

À compter de jeudi, les quelque 17 000 membres du Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) refuseront de travailler entre 17:30 et 7:30 la semaine, ainsi que le week-end.

Ainsi, les agents d’information ne seront plus disponibles pour briefer un ministre tôt le matin en prévision d’une entrevue avec un animateur de radio, illustre le président du SPGQ, Richard Perron. «Il va falloir qu’il se débrouille avec son staff, et non pas avec les professionnels du gouvernement du Québec», dit-il.

Idem pour la mise à jour des systèmes informatiques à la CNESST (ex-CSST) et à la SAAQ, par exemple, qui se fait généralement de nuit ou la fin de semaine. «Ça va créer de sérieux maux de tête», prédit Richard Perron.

Les professionnels refuseront également de venir conseiller les ministres lors des commissions parlementaires qui se tiennent en soirée, une absence qui se fera particulièrement sentir si la grève se poursuit jusqu’à l’étude des crédits ce printemps.

S’il ne veut pas sortir «l’artillerie lourde» pour le moment, le SPGQ n’exclut pas le recours à une grève illimitée «si le gouvernement nous laisse entrevoir que c’est le seul langage qu’il comprend», dit Richard Perron.

Les membres du SPGQ réclament une hausse salariale de 3,5% par année pendant trois ans.

Le syndicat ne faisait pas partie du front commun de la fonction publique qui s’est entendu avec Québec en décembre 2015. Un an plus tard, il continue de négocier une entente séparée afin de réduire ce qu’il prétend être un écart de 23% par rapport aux autres professionnels du secteur public.

Cette grève des heures supplémentaires vient s’ajouter à celle, illimitée, des juristes de l’État qui entre dans sa 17e semaine. Mardi, les avocats et notaires du gouvernement ont choisi en assemblée générale de ne pas rentrer au travail, malgré qu’ils aient épuisé leur fonds de grève depuis déjà deux semaines.

Ainsi, le gouvernement Couillard ne bénéficie plus de l’expertise de ses juristes pour la rédaction de projets de loi et d’avis juridiques. Des cadres, non syndiqués, conseillent toutefois le gouvernement.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le saviez-vous? 16 faits insolites sur la politique provinciale