Un commerçant veut être dédommagé pour les travaux à l'échangeur Turcot

Publication: Mis à jour:
COMMERCANT DEDOMMAGEMENT TURCOT
Radio-Canada
Imprimer

Plaidant que son chiffre d'affaires a fondu de 60 % depuis le début des travaux entourant la réfection de l'échangeur Turcot, un commerçant du quartier Notre-Dame-de-Grâce estime que le gouvernement devrait le dédommager, lui et les autres Montréalais pour les dommages subis.

Frank Berdah, propriétaire de Decors Ora, un commerce familial d’ameublement situé de la rue Saint-Jacques, a déposé une requête pour intenter un recours collectif. « Tout le bruit, l’équipement, les cônes sur la rue… nous avons perdu au moins 50 à 60 % de notre chiffre d’affaires », dénonce Frank Berdah.

Il déplore également que ses clients ne puissent plus stationner dans la rue à proximité de son commerce. « Ils doivent marcher de 300 à 400 mètres juste pour parvenir à ma vitrine », a confié M. Berdah au réseau anglais de Radio-Canada. Les clients ont complètement déserté sa boutique.

M. Berdah ajoute qu’il a de la difficulté à attirer une nouvelle clientèle en raison d’une barrière qui bloque l’accès à sa vitrine sur sa façade de la rue Saint-Jacques.

« Nous avions des milliers de voitures qui circulaient dans la rue Saint-Jacques et qui pouvaient nous voir, poursuit-il. Maintenant, la façade est complètement fermée et personne ne voit notre commerce. »

M. Berdah s’inquiète pour son entreprise familiale, reprise des mains de son père il y a cinq ans, puisque les travaux doivent se poursuivre jusqu’en 2020. Il craint de ne pas voir la fin des travaux. « J’essaie de survivre et de maintenir l’héritage de mon père en vie, mais ça ne fonctionne pas très bien. »

Depuis qu’il a déposé sa demande d’autorisation pour constituer un recours collectif, le téléphone ne cesse de sonner à Ticket Legal inc., la firme responsable de remplir les documents légaux.

Dans l’éventualité où il serait autorisé, le recours collectif prévoit dédommager « tous les commerces et les individus touchés par le bruit, la poussière, la pollution et les nuisances causés par les travaux de l’échangeur Turcot », soutient un avocat de la firme Ticket Legal inc., Joey Zukran.

« Le but du recours collectif est d’obtenir une compensation financière pour les préjudices subis et une réduction du bruit à des niveaux légaux », explique M. Zurkan.

VOIR AUSSI:

Close
La reconstruction de l'échangeur Turcot
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter