VIDEO

L'attentat contre la mosquée est dû au «racisme» des Québécois, selon des commentateurs anglophones

02/02/2017 04:30 EST | Actualisé 03/02/2017 09:42 EST

QUÉBEC – Tout comme en 2006, des commentateurs du Canada anglais affirment que l’attentat perpétré contre une mosquée de Québec est dû au «racisme» des Québécois.

Dans la section «opinions» de son site Web, la CBC publie le commentaire d’une militante écologiste, Amina Moustaqim-Barrette. Le sous-titre («Une culture d’intolérance et de racisme a trouvé un terreau fertile dans la province de Québec») donne le ton.

«L’attaque contre une mosquée de Québec dimanche soir a provoqué une onde de choc à travers la nation, mais ne vous y trompez pas : le nationalisme violent et le racisme ne sont pas des phénomènes nouveaux au Québec», écrit l’auteure d’entrée de jeu.

Amina Moustaqim-Barrette affirme ensuite que le nationalisme québécois a toujours été «ethnique», plutôt que civique, avant de rappeler la commission Bouchard-Taylor et la Charte des valeurs du Parti québécois. «Le message, implicite dans ces exemples et d’autres est clair : les non-blancs, non catholiques, et ‘‘autres’’ doivent s’assimiler dans l’identité québécoise», écrit-elle.

Pour sa part, J.J. McCullough, un chroniqueur et caricaturiste pour Loonie Politics, à Vancouver, a fait parvenir son analyse au Washington Post.

Il souligne d’abord que la plupart des tueries de masses (Polytechnique, Concordia, Dawson, etc.) sont survenues au Québec et que ce type d’événements est rare dans le reste du Canada.

J.J. McCullough rappelle ensuite que la chroniqueuse du Globe and Mail, Jan Wong, s’était attiré les foudres des Québécois en 2006 pour avoir tracé un lien entre ces fusillades et le nationalisme québécois. Si cette théorie est depuis devenue tabou en public, certains Canadiens anglais la partagent en privé, écrit-il.

«Ils se plaignent à propos de l’histoire sombre d’antisémitisme au Québec, de la bigoterie religieuse et du sentiment profasciste, des faits qui sont rarement inclus dans le récit habituellement autocritique de l’histoire canadienne», affirme J.J. McCullough.

Les Canadiens anglais se plaindraient aussi des «lois sur la suprématie du français et l’assimilation», écrit J.J. McCulloughen en incluant un hyperlien vers un texte sur le projet de loi 62 du gouvernement Couillard sur la neutralité religieuse de l’État.

Ces lois rendent le Québec «inhospitalier», «arrogant» et «plus raciste que la norme canadienne», estime-t-il.

«Et maintenant, [les Canadiens anglais] ont de bonnes raisons d’observer que la province semble produire un grand nombre de fous enclins aux massacres publics, qui souvent justifient explicitement leur violence avec des arguments d’insatisfaction à propos de la culture unique du Québec», poursuit le chroniqueur.

INOLTRE SU HUFFPOST

Visite après l'attentat à la mosquée de Québec