POLITIQUE

Allégations de viol : le DPCP ne porte pas d'accusations contre Gerry Sklavounos

02/02/2017 10:44 EST | Actualisé 02/02/2017 12:01 EST

QUÉBEC – Au terme de son enquête, le Directeur des poursuites criminelles et pénales a annoncé qu’il ne portera pas d’accusations contre le député Gerry Sklavounos.

Le député de Laurier-Dorion, exclu du caucus libéral, faisait face à des allégations de viol de la part d’une étudiante, Alice Paquet.

«Après examen du rapport d’enquête produit par le Service de police de la Ville de Québec à la suite des allégations d’agression sexuelle visant le député de la circonscription de Laurier-Dorion, le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) conclut qu’aucun acte criminel n’a été commis. En conséquence, aucune accusation criminelle ne sera déposée dans ce dossier», écrit le DPCP dans un communiqué.

«Avant de rendre publique cette décision, la plaignante a été rencontrée afin de l’informer du résultat de l’analyse du dossier et de lui expliquer les motifs qui sous-tendent cette décision», précise le communiqué.

Gerry Sklavounos a rapidement réagi à la nouvelle sur Facebook. ««C'est avec soulagement et satisfaction que ma famille et moi avons accueilli la décision du DPCP de ne pas porter d'accusations suite aux allégations rendues publics [sic] au mois d'octobre dernier.»

Il affirme vouloir maintenant reprendre ses fonctions à l’Assemblée nationale «le plus rapidement possible».

En octobre dernier, au cours d’une manifestation en appui aux victimes d’agressions sexuelles dans les dortoirs de l’Université Laval, Alice Paquet avait déclaré avoir été violée par un député, qui s’est avéré être Gerry Sklavounos.

Ce dernier a ensuite été expulsé du caucus libéral et siège depuis comme indépendant. Gerry Sklavounos est toutefois absent de l’Assemblée nationale et de son bureau de circonscription depuis son expulsion du caucus libéral.

Toutefois, la décision du DPCP ne signifie pas que Gerry Sklavounos sera automatiquement réintégré dans le caucus libéral. Son cas fera l’objet de «discussions», a souligné la présidente du caucus libéral, Nicole Ménard, quelques minutes après l’annonce du DPCP.

INOLTRE SU HUFFPOST

Rassemblement à l'Université Laval contre les agressions sexuelles