DIVERTISSEMENT

«Chagall: couleur et musique» au MBAM: le Mozart de la peinture (PHOTOS)

24/01/2017 06:25 EST | Actualisé 26/01/2017 01:43 EST
ASSOCIATED PRESS
A member of the media views a painting by Russian artist Marc Chagall before the opening of the exhibition: Chagall, between War and Peace, at the Luxembourg museum in Paris, Tuesday Feb. 19, 2013. The exhibition starts February 21 and ends July 21, 2013. Painting at right is: 1944, Le Cheval Rouge, and at left: 1944, A Ma Femme.(AP Photo/Remy de la Mauviniere)

Le musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) présente à partir du 28 janvier l’exposition Chagall: couleur et musique. L’occasion de redécouvrir l’œuvre foisonnante du peintre franco-russe qui aura touché à tous les arts avec pour toile de fond la musique classique et celle des shtetls de l’Europe de l’Est.

«Chagall: couleur et musique» au MBAM


C’est à Saint-Paul-de-Vence, le 28 mars 1995, que Marc Chagall s’éteint à l’âge vénérable de 98 ans. Le destin étant ce qu’il est, l’homme né en 1887 à Vitebsk dans la Biélorussie, alors intégrée à la Russie impériale, traverse un siècle fait de pogromes, de peur et d’exil. Mais Chagall aura su exorciser les menaces antisémites de son époque en puisant dans les couleurs du folklore ashkénaze dynamisé par la communion joyeuse des juifs hassidiques.

La musique, pilier de cette exposition – la plus importante jamais consacrée à l’artiste au Canada –, accompagne le public à travers les salles réunissant environ 400 œuvres (peintures, costumes, sculptures, croquis, etc.) du peintre. Entièrement sonorisé, l’ensemble de la visite est agrémenté de plusieurs ajouts technologiques, dont une projection circulaire du célèbre plafond de l’Opéra Garnier. La peinture monumentale terminée par Chagall en 1964 est ici reconstituée dans ses moindres détails.

Le ministère des Affaires étrangères russe s’en mêle

Chagall, empli d’une âme yiddish, a toujours été séduit par la musique et la danse. Outre la fresque symphonique du plafond de l’Opéra Garnier, véritable hommage chamarré aux grands compositeurs, le peintre avant-gardiste s’est investi dans un certain nombre de projets scéniques liés à sa passion musicale comme sa contribution à des ballets et des opéras tels Aleko, La Flûte enchantée et L'Oiseau de feu.

«De Bach et de Mozart, j'entends leur souffle qui sonne. Moi-même, je deviens un son», disait-il. En 1920, il réalise les décors ambitieux du Théâtre d'art juif de Moscou, absent de l’exposition au grand dam de Nathalie Bondil, directrice générale du MBAM.

«Tout est possible puisqu’on espère encore recevoir les célèbres panneaux, a déclaré Mme Bondil. On a eu l’entière collaboration des musées et des experts à l’international, mais ça bloque toujours au niveau du ministère des Affaires étrangères russe.»

Malgré tout, l’exposition présente des pièces d’exceptions comme les peintures L’Autoportrait aux sept doigts, Le Violoniste vert, Le Cirque bleu ou les magnifiques panneaux Les Sources de la musique et Le Triomphe de la musique. Le violon émaille les toiles de Marc Chagall dans un imaginaire klezmer inspiré des souvenirs d’enfance.

L’on découvre aussi un Chagall moins connu, le créateur des vitraux ou le cubiste qui n’a pas toujours fait l’unanimité, notamment parmi les premiers critiques qui n’ont voulu voir en lui qu’un peintre naïf et enfantin. Mais au-delà de sa production plus populaire et colorée des années 1960-1970, le style de l’artiste ne cessera d’évoluer durant un siècle de peinture pour se terminer à la fin de sa vie dans une grande diversité des possibilités artistiques, le tout sans jamais trahir la force de son langage métaphorique.

Exposition Chagall: couleur et musique – Au Musée des beaux-arts de Montréal – Du 28 janvier au 11 juin 2017 – mbam.qc.ca

INOLTRE SU HUFFPOST

Marc Chagall