«Prédictions 2017»: une mitraille sans pitié (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Dès que le projet Prédictions 2017 et ses têtes d’affiche, soit la troupe de La soirée est (encore) jeune et Fabien Cloutier, sous la gouverne du très coloré Serge Denoncourt à la mise en scène, ont été rendus publics, on devinait d’avance le ton corrosif et sans pitié sur lequel se fonderait le spectacle.

À elle seule, la distribution disait tout. Pas besoin d’être devin ou très habile en calcul mental pour savoir que Jean-Philippe Wauthier, Jean-Sébastien Girard, Fred Savard, Olivier Niquet et Fabien Cloutier donnent plus dans le cynisme que dans la légèreté et le bon enfant.

Nos propres prédictions, faciles à établir, se sont donc avérées exactes. À l’affiche du Théâtre St-Denis jusqu’à mercredi prochain, Prédictions 2017, cet horoscope pour oreilles averties, fesse fort, égratigne beaucoup, cogne là où ça fait mal. Nos boys n’en ratent pas une, c’est le moins qu’on puisse dire.

Close
Prédictions 2017
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée


On a droit à une véritable mitraille de lignes acides et franchement drôles, un punch n’attendant pas l’autre. Les textes de nos joyeux lurons, chapeautés à la script-édition par Pierre Huet, autre plume pointue qui a jadis œuvré à la tête du mordant magazine Croc, sont très réussis.

Peu de personnes, de manchettes, de modes actuelles sont épargnées, l’actualité récente à tous niveaux servant de propulseur à ces présages pas nécessairement optimistes, mais désopilants lorsque défilés d’un trait.

Snyder, Bugingo et Kardashian

Simplement installés derrière un long pupitre, comme dans un bulletin de nouvelles, nos gaillards sans autocensure se renvoient la balle avec aisance et se tirent la pipe entre eux, appuyés par des projections de photos ou d’extraits. Nul besoin de plus quand la pertinence y est.

Serge Denoncourt ouvre d’abord la soirée avec un message en voix hors-champ, cet habituel mot indiquant aux spectateurs l’emplacement des sorties de secours et autres directives. Étant donné les circonstances, «l’annonceur» a évidemment révisé ses avertissements, avant de conclure sur un «Pis chu fatigué de chialer. Bonne soirée pareil!»

Puis, Jean-Philippe Wauthier livre un court monologue d’entrée en matière, et c’est ensuite parti pour deux heures de rires sans complaisance.

Flèches envoyées à la mort de Jean Lapierre, à Paul Cagelet et ses présumés penchants pédophiles, à la mort «imminente» de Micheline Lanctôt, Joël Le Bigot et la mère d’Éric Salvail ; en ces temps où la rectitude politique n’a jamais été si puissante, il n’y a probablement que les hommes de Prédictions 2017 qui oseraient s’offrir la liberté des tirades aussi douces-amères.

Une référence au fait que Janine Sutto commençait le cégep «il y a 108 ans», à «l’obsession» de Serge Denoncourt pour les «gars tout nus» au théâtre, à la relation pour le moins complexe de Xavier Dolan avec sa mère, aux doigts dans le nez d’Hélène David, ils n’échappent aucun filon.

Si on se fie à Prédictions 2017, dans les 12 prochains mois, Paul Piché deviendra chef du Parti québécois, Gilbert Rozon, ministre de la culture, et Gabriel Nadeau-Dubois fondera sa propre organisation politique, ne se reconnaissant pas dans les 22 autres partis «de gauche». Charles Lafortune (hilarant Fabien Cloutier) piquera une sainte colère aux frais d’une coiffeuse à La voix.

Rayon santé, 2017 sera l’année de «l’épuisement». François Bugingo deviendra chef d’antenne à TVA. Richard Martineau finira par se poursuivre lui-même à force de se dédoubler partout. MusiquePlus ne diffusera qu’en boucle des émissions des Kardashian.

Le Salon du livre deviendra le Salon du livre de cuisine. Julie Snyder animera Le club des ex avec trois de ses ex, Pierre Karl Péladeau, Stéphane Laporte et John Doe. Des aînés se laisseront mourir suite à la fin de L’Auberge du chien noir. Et alouette.

Fabien Cloutier est particulièrement efficace lorsqu’il s’emporte, que ce soit à propos des emojis, des photos de nourriture sur les réseaux sociaux ou de l’environnement. Quelques personnalités-surprises, dont Guylaine Tremblay et Léane Labrèche-Dor, font des apparitions dans certains sketchs.

Pas trop trash

Le notoire sens de l’observation des gars, leur répartie sans faille et, avouons-le, leur dégaine juste assez suffisante  et prétentieuse ont tenu bon dans le passage de la radio (et de la télévision) à la scène. Ceux qui ont hué le groupe de La soirée… lors de son passage au ComédiHa de Québec, l’an dernier, devront se raviser s’ils ont l’opportunité d’applaudir Prédictions 2017. Car leur charisme est inébranlable.

Mais le ton n’est pas trop trash non plus. Produites par Juste pour rire, ces Prédictions 2017 demeurent grand public, même si l’esprit décapant de La soirée… sonne parfois niché à la radio et à l’écran. Un juste dosage a été atteint. À preuve, les thèmes de la culture populaire et de la télévision reviennent souvent.

Seul hic, le château de cartes s’effondre un tantinet vers la fin. On sent alors que la sauce est étirée avec un segment en chansons de Jean-Sébastien Girard, une montée de lait de Fabien Cloutier sur le peuple qui se déplace en masse dans les spectacles d’humour et un délire des cinq protagonistes autour des critiques à venir de Prédictions 2017, échantillons sonores à l’appui.

Par contre, la portion in memoriam, où on évoque le décès de visages en vue, dont Justin Trudeau, les Sœurs Boulay et Jean-Pierre Ferland, est un bon reflet de ce qu’on aime tant chez les piliers de Prédictions 2017 et vise exactement dans le mille.

Alors, on se dit à l’an prochain pour d’autres prédictions?

Prédictions 2017, au Théâtre St-Denis, jusqu’au 25 janvier. Complet le 21 janvier. Hahaha.com pour informations.

Quelques bons gags de Prédictions 2017

  • «J’ai testé quelques blagues avec Patrick Lagacé et j’ai reçu de très bons commentaires du SPVM».
  • «Jean Lapierre est mort en se rendant au service de son père. Comme quoi un service en attire un autre».
  • «Passer de Obama à Trump, c’est comme assister à un spectacle d’Yvon Deschamps et, le lendemain, aller à celui de Mario Tessier. C’est comme vivre huit ans chez Martin Matte et être ensuite obligé d’aller vivre chez Guillaume Wagner».
  • « On a beaucoup parlé du termequeer. Être queer, c’est aimer ni les hommes, ni les femmes, mais aimer beaucoup l’attention».
  • « En 2016, j’ai commencé à lire Richard Martineau en me prenant au sérieux».
  • «Grâce aux pubs d’Éduc’alcool en dessins animés, je ne bois plus, mais je suis devenu violent».
  • «Serge Denoncourt a été invité à La petite séduction… Et il a fini par câlisserle feu au village».
  • «Le gouvernement est semi-mou, c’est à dire qu’il a arrêté de bander sur l’austérité en 2017».
  • «Le Québec a une nouvelle devise : Je me souviens de demain parce qu’hier, c’était vraiment de la marde».
  • «Après avoir constaté que ses funérailles n’étaient pas télédiffusées, Jean-Pierre Ferland s’est levé de son cercueil et a sacré son camp».
  • «Micheline Lanctôt, au moment de sa mort, elle a vu le film de sa vie, et même ce film-là était plate».

Voir aussi: