POLITIQUE

Le départ de Françoise David pourrait favoriser la convergence, croit Sylvain Gaudreault

19/01/2017 02:20 EST | Actualisé 19/01/2017 05:12 EST

QUÉBEC – La classe politique a rendu hommage jeudi à Françoise David, qui a annoncé son retrait immédiat de la vie politique. Le député péquiste Sylvain Gaudreault, lui, estime que son départ pourrait favoriser la convergence avec le PQ.

«Considérant le rôle qu’elle occupe au sein de Québec solidaire, moi, ce que je souhaite, c’est que, pour la suite des choses, ça va provoquer un rebrassage qui va peut-être permettre davantage envisager une convergence entre les forces progressistes et souverainistes», a commenté jeudi matin le porte-parole péquiste en matière d’environnement et de lutte contre les changements climatiques.

«Pour le reste, je la remercie pour le travail qu’elle a fait comme députée», a-t-il ajouté.

Depuis son arrivée à la tête du PQ, Jean-François Lisée martèle la nécessité d’une convergence des forces souverainistes et progressistes afin de défaire les libéraux aux prochaines élections.

Lors d’un point de presse quelques heures plus tard, Jean-François Lisée a toutefois refusé de lier le départ de Françoise David à une plus grande chance de réussir la convergence entre son parti et QS. «Non, parce que Françoise était une artisane de cette convergence», dit-il.

Il rappelle que le dernier Conseil national de Québec solidaire a voté en faveur d’un dialogue sur la convergence en novembre dernier, en imposant toutefois plusieurs conditions. «Ce qu’elle nous lègue, c’est le fait d’avoir fait partager cette volonté par une majorité des membres présents au Conseil général [sic]. Ça fait partie de son héritage, cette volonté de convergence», estime Jean-François Lisée.

Le chef péquiste ne s’est toutefois pas engagé à laisser le champ libre à Québec solidaire lors des élections partielles dans Gouin. «Nous, nous sommes en mode dialogue, en mode solution. Nous aurons ces discussions-là en temps et lieu», s’est-il contenté de dire.

Nombreux hommages

La co-porte-parole et fondatrice de Québec solidaire a annoncé sa démission immédiate jeudi matin en raison de sa santé déclinante. «Je ressens depuis le début de l’automne 2016 une fatigue qui ne me quitte pas, a-t-elle expliqué en conférence de presse. Je supporte de moins en moins le stress et le rythme inhérent à la vie politique.»

Françoise David avait affirmé, avant les vacances des Fêtes, qu’elle hésitait à se porter à nouveau candidate en 2018. Son départ immédiat est toutefois une surprise.

L’annonce a été accueillie par un déluge de bons mots pour cette politicienne atypique et figure de proue du mouvement féministe au Québec. Françoise David s’est notamment démarquée à Québec par son refus des attaques partisanes.

Sa sœur, la ministre Hélène David, a été parmi les premiers à saluer son engagement politique.

La ministre de la Condition féminine, Lise Thériault, a également souligné son travail pour la «cause des femmes».

De Davos, où il assiste au sommet économique, le premier ministre Philippe Couillard a salué «une voix importante pour le Québec».

Jean-François Lisée a aussi rendu hommage à celle qu’il a d’abord connu lorsqu’elle était à la tête de la Fédération des femmes du Québec. «Elle arrivait à adoucir les mœurs politiques», a souligné le chef péquiste.

«Françoise David fait partie de celles qui doivent susciter des vocations, a-t-il ajouté. La politique, ça peut être très beau. Ça peut donner de beaux résultats. Et Françoise incarne ça.»

Le chef de la CAQ, François Legault, lui a aussi rendu hommage dans un communiqué «Malgré nos différends, j’ai toujours eu du respect pour cette femme exceptionnelle, a-t-il commenté. Son départ créera un vide à l’Assemblée nationale. J’appréciais son intégrité, sa courtoisie, sa bonne humeur ! Nous perdons une femme de grande valeur.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Les citations politiques de l'année 2016