BIEN-ÊTRE

Êtes-vous un bon touriste... « tout inclus » ?

18/01/2017 01:43 EST | Actualisé 18/01/2017 01:43 EST
gilaxia via Getty Images
Group of friends relaxing in swimming pool on their summer vacation. All wearing sunglasses, smiling and looking at camera. There are two guys and two girls in mid 20's.Shot upside down.

La nuit avait depuis longtemps enveloppé le complexe hôtelier au bord de la mer des Caraïbes, lorsque la voix de la cliente domina les cris des jeunes fêtards rassemblés autour de la piscine. « Pouvez-vous vous calmer ? »

Le ton impératif ne commandait aucune réplique… et la nuit retrouva son silence. Il faut dire que c’était la seconde, ponctuée par les frasques des vacanciers à l’intérieur comme à l’extérieur de l’hôtel.

Les habitués des « destinations soleil », qui séjournent dans des complexes hôteliers offrant des forfaits « tout inclus », savent bien que des scènes de ce genre y sont assez fréquentes.

« Quand on vient dans ce genre d’établissement, il faut s’attendre à des débordements », reconnaît Nicolas Froment de Joliette, rencontré sur la plage avec sa petite famille et sa sœur Janie, elle-même une grande habituée des destinations soleil et des forfaits « tout inclus ». « Il reste que la liberté des uns commence là où se termine celle des autres », disent en chœur frère et sœur.

Au moment où les rudesses de l’hiver incitent les Nordiques à s’évader vers les « destinations soleil », la question du comportement des touristes se pose avec acuité à cause des risques plus élevés de dérapage et d’abus… dans ces hôtels offrant des forfaits « tout inclus » même ces établissements n’en ont pas l’exclusivité.

Il faut tout de même reconnaître que bon nombre de vacanciers semblent perdre leur capacité d’inhibition lorsqu’ils franchissent le seuil de ces complexes hôteliers et peinent à se comporter en « bon touriste ».

« J’en ai vu des touristes qui manquent totalement de respect, qui crient, qui font comme si le site leur appartenait parce qu’ils ont payé. On est tous en vacances, il faut savoir se respecter » lance Janie Demers.

Pourtant, la majorité des membres du personnel interrogés pardonnent facilement les inconduites des clients. « Les touristes viennent ici en vacances », explique Ruth pour justifier les excès de certains. Elle travaille depuis cinq ans dans des établissements hôteliers principalement au service de bar sur la plage.

« En général les touristes se comportent bien et sont agréables… c’est certain que (ceux qui ont trop bu) peuvent dire des choses… mais je réponds poliment et ça arrête là. »

Les employés interrogés hésitent même à déplorer les excès commis par touristes. Juan, par exemple, l’un des responsables des services de restauration dans un complexe hôtelier, estime que rares sont ceux qui gaspillent la nourriture. « Ce sont surtout les plus jeunes », dit-il.

Mais, ce qu’il déplore, c’est la façon cavalière avec laquelle certains clients s’adressent aux employés. « Ils ne demandent pas, ils ordonnent, sans sourire, sans nous regarder », dit-il.

Les dix commandements du « bon touriste… tout inclus »!

Les touristes, ardents critiques… des touristes

En fait, les principales critiques contre les inconduites des vacanciers viennent principalement… des autres touristes exaspérés par les frasques de leurs voisins de chambre et de plage.

« Un bon touriste c’est quelqu’un de responsable, qui es capable de ne pas empiéter sur les autres » explique monsieur Michel Demers de Laval, installé sur un transat près de sa conjointe, madame Louise Perreault.

Pour tous les touristes interrogés sur la plage, le respect de la population locale et de ses habitudes de vie doit figurer en tête des règles à observer scrupuleusement.

« Quand on voyage, il faut savoir respecter les habitudes, le mode de vie de la population locale » explique Nicolas Froment. « Sinon on reste chez soi à regarder la télé. »

Madame Perreault abonde elle aussi dans le même sens. « En regardant les critiques sur cet hôtel, je n’en revenais pas que certains se plaignent qu’il y ait trop de citoyens du pays qui le fréquentent. La population locale a le droit d’être là, c’est nous qui sommes les invités. »

Comme bien d’autres, elle déplore l’étonnante facilité avec laquelle bon nombre de touristes font fi des règles élémentaires de civilité sous prétexte… qu’ils sont en vacances. « Vous le voyez, il y en a plusieurs qui confondent la plage et la salle à manger. Ce n’est pas compliqué de s’habiller lorsqu’on va au buffet le midi. »

Sur le plan du respect de l’environnemental le comportant de nombreux de vacanciers n’est guère plus exemplaire. Déchets à profusion, bouteilles et verres de plastique abandonnés partout, gaspillage de l’eau, de la nourriture… on ne peut pas vraiment dire que la majorité des touristes démontrent une grande volonté à contrôler leur empreinte écologique.

« Les fumeurs! » s’écrie Michel Demers. « C’est incroyable le nombre de personnes que je vois éteindre leur cigarette dans le sable. La plage devient un vrai cendrier. »

« Vous ne croiriez pas le nombre de bouteilles que j’ai ramassé autour de moi », ajoute Janie Froment. « On dirait que les gens se disent “quelqu’un d’autre va la ramasser”. Pourtant on ne fait pas ça chez nous. »

Enclins au désordre les vacanciers ? Santa, femme de chambre depuis 15 ans, ne se plaint pas de sa charge de travail et n’a rien à redire contre l’attitude des clients… même si de ceux qui considèrent que le ménage se fait trop tard. « Vous savez, si tous les touristes ont trop d’ordre, je n’aurai plus de travail », dit-elle en riant.

Même conclusion pour Julio qui travaille avec… ou pour les touristes depuis sept ans. « La plupart sont aimables et se comportent bien avec moi. Je suis sympathique avec eux et ils se montrent sympathiques avec moi. » Affecté à l’entretien de la plage et ses environs, il passe sa journée à ramasser, balayer, replacer.

À voir dans quel état les vacanciers laissent les lieux en quittant la plage, il est permis de conclure qu’il aura du travail pour de nombreuses années encore.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter