POLITIQUE

Legault nie que des employés caquistes font du travail partisan rémunéré

17/01/2017 01:47 EST | Actualisé 17/01/2017 01:48 EST
Alice Chiche

Le chef caquiste François Legault a rejeté, mardi, les allégations d'une ex-employée de circonscription affirmant qu'elle a été rémunérée par des fonds publics alors qu'elle effectuait du travail électoral partisan.

M. Legault a soutenu qu'une directive de sa formation interdit aux employés au service des parlementaires de travailler lors d'élections autrement qu'à titre de bénévole, en dehors de leurs tâches prévues.

Le réseau radio Cogeco a rapporté cette semaine les allégations de Julie Nadeau, une ex-employée de circonscription du député caquiste de Groulx, Claude Surprenant.

Mme Nadeau a affirmé avoir travaillé lors des élections partielles de Lévis, Richelieu, Chauveau et Jean-Talon, en 2014 et 2015, tout en recevant son salaire versé par l'Assemblée nationale, a indiqué Cogeco.

Niant les allégations de cette ex-employée, M. Legault a annoncé mardi que la directrice générale de la Coalition avenir Québec, Brigitte Legault, et le whip en chef, Donald Martel, effectueront une enquête à ce sujet.

Selon le chef caquiste, la directive interne interdisant ces pratiques est claire.

"Vous pouvez faire des activités partisanes, mais ce doit être en plus des heures normales où vous travaillez vraiment pour l'Assemblée nationale", a-t-il dit.

M. Legault n'a pas fermé la porte à ce que le Directeur général des élections (DGE) et le commissaire à l'éthique de l'Assemblée nationale se penchent sur cette situation, tout en minimisant la crédibilité de Mme Nadeau et d'un autre ex-employé, Yann Gobeil Nadon.

"Ils sont dans une situation où c'est une personne qui a été congédiée et son conjoint, a-t-il dit. (...) Selon moi, selon les informations que j'ai eues, c'est faux. Alors on va vérifier. (...) Il n'y a pas eu de frais de déplacement, selon ce que me dit le bureau du whip, qui ont été remboursés à des gens qui sont venus à Québec pour des activités partisanes."

Selon M. Legault, Mme Nadeau a été congédiée en raison d'erreurs constatées dans ses réclamations de dépenses.

"C'est des rapports de dépenses qui ont été corrigés mais qui avaient été mal préparés", a-t-il dit.

Dimanche, la CAQ a demandé une enquête du DGE sur la rémunération par l'aile parlementaire péquiste d'agents de liaison.

La semaine dernière, les caquistes, libéraux et Québec solidaire avaient également réclamé une enquête du commissaire à l'éthique concernant cette situation qui leur apparaît comme un détournement de fonds à des fins partisanes.

Voir aussi:


Le saviez-vous? 16 faits insolites sur la politique provinciale


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter