NOUVELLES

Fraude à l'ambassade canadienne en Haïti (VIDÉO)

11/01/2017 09:28 EST | Actualisé 12/01/2017 06:54 EST

Le gouvernement canadien a été victime de pratiques frauduleuses à son ambassade d'Haïti, de 2004 à 2016, qui ont entraîné des pertes de plus de 1,7 million de dollars.

Des allégations qui ont fait surface en 2015 ont été l'élément déclencheur d'une vaste enquête au sein du gouvernement canadien. Même le contrôleur général et le vérificateur général du Canada ont été mis au fait de la situation.

Le ministère des Affaires étrangères a découvert plusieurs stratagèmes comme le gonflement de factures, le détournement de biens devant être livrés à la mission, le vol de biens et de matériel en réserve ainsi que de la collusion entre des employés recrutés sur place et des fournisseurs.

Au total, 17 employés embauchés localement ont été congédiés, soit 12 qui travaillaient pour Affaires mondiales Canada et 5 à l'emploi d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada.

Personne n'a été accusé au criminel. Une enquête administrative est toujours en cours.

La GRC pourrait être appelée à son tour à enquêter.

Ottawa a rompu ses liens avec les entreprises visées dans cette enquête. Impossible de savoir lesquelles et si elles sont canadiennes.

Le ministère assure par ailleurs que le programme d’aide internationale et l’intervention humanitaire à la suite de la dévastation causée par l’ouragan Matthew n’ont pas été touchés ni interrompus.

Un environnement de travail difficile

L'enquête a révélé que l'ambassade composait avec un environnement difficile, impliquant un changement de personnel fréquent.

Les longues périodes de transition entre les derniers ambassadeurs canadiens à Port-au-Prince ont aussi été soulignées.

Des ambassadeurs d'autres pays interrogés par les enquêteurs ont dit que les risques liés à ce genre de méfait avaient augmenté de façon exponentielle en Haïti après le séisme de 2010. La catastrophe a causé d'importantes perturbations dans les chaînes d'approvisionnement et les pratiques commerciales.

Le ministère des Affaires étrangères dit avoir apporté les correctifs nécessaires et avoir pris la situation très au sérieux.

Affaires mondiales Canada a identifié cinq autres missions internationales qui feront l’objet d’une vérification de leurs pratiques de gestion : Nairobi (Kenya), Moscou (Russie), Abuja (Nigeria), New Delhi (Inde) et Alger (Algérie).

Avec les informations de Louis Blouin.


VOIR AUSSI:


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter